Dans les montagnes de Grèce, dans la région de Nafpaktos

Au nord de la ville de Nafpaktos, dans ses montagnes appelées Orini Nafpaktia, des villages isolés sont à découvrir pour mieux connaitre la vraie Grèce.

 

 

Où est Orini Nafpaktia ? Orini Nafpaktia signifie en francais La Nafpaktia montagneuse. On parle de la région de Nafpaktos du nord. Cette région fait partie du départment d’Aitoloalarnaia au centre de la Grèce, pas loin de Messolonghi.

Que voir dans les montagnes de Nafpaktos ? L’Orini Nafpaktia devient petit à petit une destination intéressante pour les Athéniens depuis cinq ans. La raison pour laquelle cette région n’était pas visitée est qu’il y a beaucoup de route à faire sur des routes sinueuses pour arriver dans ses villages non-touristiques. De plus, pour aller d’un village à l’autre, les trajets ne sont pas toujours directs. Quelquefois, il faut compter une heure et demie pour faire environ 50 kms pour aller d’un village à l’autre.

Pourquoi aller à Orini Nafpaktia ? On y va pour découvrir les magnifiques paysages montagneux de la fin de la chaine du Pinde qui s’éteint à Nafpaktos. On s’y engouffre pour faire un peu de randonnée. Moi, je viens d’arriver avec mon mari de mon périple dans cette région. Ce qui m’a plu le plus, c’est ma rencontre avec les habitants des villages et ma découverte de l’histoire de chaque village. Je vous conseille d’aller dans cette région si vous aimez la nature, le calme et la simplicité.

Ou dormir dans cette grande région d’Orini Nafpaktia ? Le meilleur endroit ou séjourner se trouve dans le village de Platanos au coeur de la région. C’est un village à 875m d’altitude à taille bien humaine où on peut se reposer et jouir de chaque heure de sérénité avec les habitants. J’avais réservé à l’auberge Alonaki . La vue de notre chambre était panoramique sur le centre du village (voir plus bas la photo a gauche). En bas, on avait le restaurant et le café-bar. Bravo à Yianna la propriétaire qui tient tout le complexe avec sa famille dont celle de son frère Dimitris. L’accueil était très chaleureux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village de Platanos (photos plus haut). C’est un village que j’ai adoré ! Il avait vraiment tout pour plaire à quelqu’un de simple qui recherche la vraie Grèce ou la Grèce profonde. Les habitants aiment tellement leur village que tout y est très propre et accueillant. Ce qui m’a surpris, c‘est que tout le village est fait de pierre : les maisons, les rues et les trottoirs. La place du village est pittoresque avec l’église de St Nicolas (du 19e sc), ses mini-kafenios ou on boit aussi du tsipouro sans anis (cela ressemble au raki). C’est dans ce village que Karaϊskakis, le dernier héros de la guerre d’indépendence  grecque avec son quartier militaire. Le village a été bati brillamment grace à ses riches fondateurs ayant fait fortune en Roumanie à la fin du 19e sc et aux Etats-Unis plus tard.  Les musées de Platanos : Ils ont ouvert un musée-expo plein de photos du village datant du 18e jusqu’à aujourd’hui et d’objets anciens  de la vie de tous les jours. Ils ont aussi ouvert un tout petit musée de la guerre 40-45

Le village d’Ano Chora. C’est le village le plus visité notamment en Aout et pendant les week-end toute l’année. C’est définitivement le plus beau village d’Orini Nafpaktia à ne pas manquer pour rien au monde.  Ano Chora se trouve à une altitude de 1050m et il faut une 1h30 de Platanos pour arriver dans ce village se situant sur les versants d’une autre montagne. Comme à Platanos, on observe les maisons en pierre aux toits de tuiles rouges, beaucoup d’arbres dont beaucoup de noyers, les rues pavées de pierre qui montent et descendent pour nous emmener notamment sur la place du village avec sa grande église, ici l’église imposante de Ste Paraskevi. Comme à Platanos, on peut voir des fontaines en pierre, un ancien lavoir et entendre les mini ruisseaux dont l’eau coule au bord des rues pavées.  Et l’oeil ne se rassasie pas de la végétation luxuriante couvrant les flancs montagneux tout autour du village. Le village a deux tavernes, un café-bar et un ou deux magasins ou on vend les produits traditionnels du terroir. Moi, j’ai acheté un bocal de noix au sirop et un bocal de coing au sirop aussi (photo plus bas à gauche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village de Simos. De retour à Platanos chaque soir, je prépare mon trajet du jour suivant.  Nous décidons d’aller à Simos, un autre très ancien village d’Orini Nafpaktia. Nous prenons la route direction Nafpaktos parce que c’est une ville ou on trouvera de l’essence pour refaire le plein de notre voiture (et oui, aucune station essence à Orini Nafpaktia !). Après avoir roulé dans les routes sinueuses d’Orini Nafpaktia toujours à travers les forêts de hêtres, de platanes, d’églantiers et de marroniers, à 20 kms environ de Platanos, nous passons à travers le joli village de Simos.  Des habitants du village nous invitent à boire un tsipouro au café du village sur la route… c’est gentil vu qu’ils ne nous connaissent même pas. On nous raconte que le village est connu pour ses maitres-maçons qui ont construit les nombreux bâtiments traditionnels du village : le bâtiment de l’école primaire aujourd’hui petit musée floklorique (bati en 1900) et l’hôtel de ville à l’architecture très impressionnante (photo plus bas à droite). On peut admirer plusieurs églises mais moi, j’ai eu un coup de cœur pour l’église de la Genèse de la Mère de Dieu, un formidable exemple de l’architecture ecclésiastique post-byzantine avec basilique à trois nefs. Le campanile est subjugant de beauté. Sur la place de l’église, je vois un buste en pierre du héros de 1821 s’appelant Thimios Xydis.

La petite ville de Thermo se trouve au bord du lac Trichonida. On décide d’y aller afin de  voir le lac naturel de plus près. Toujours de Platanos, nous avons 30 kms à parcourir en voiture, mais la route n’est pas mauvaise, ceci sans parler des pierres trouvées tombées des versants abrupts des montagnes (je pense d’ailleurs qu’il faudrait éviter de conduire à Orini Nafpaktia sous la pluie). Thermo est une joli petite ville avec une très belle place pavée ((photo plus bas à droite). Nous sommes allés visiter le beau monastère d’Agia Paraskevi où il y a une représentation d’une école cachée (une école parmi beaucoup d’autres en Grèce où les popes Grecs enseignaient la nuit en se cachant des Turcs occupant le pays de 1455 à 1821) et un petit musée a coté. Nous avons vu l’église de Ste Sophia et ses petites chutes d’eau à coté (photo plus bas à gauche)… un petit paradis.

 

 

 

 

 

 

 

Mon expérience. Nous avons visité d’autres villages mais plus haut, je cite les villages les plus impressionnants. Mon périple dans la région d’Orini Nafpaktia fut très revigorant pour moi qui avait besoin de m’enfoncer dans la nature afin de retrouver du calme. Cette région n’est pas du tout touristique et nous discutions avec les villageaois avides de parler et de faire connaitre leurs villages. On mange bien à Orini Nafpaktia (surtout des viandes caprines grillées au charbon de bois) avec maximum 30 Euros pour deux. C’est la région idéale pour se reposer et connaitre la vraie Grèce autrement dit en discutant avec les gens du coin qui ma foi sont très sociaux.

Aimeriez-vous visiter la region d’Orini Nafpaktia ?

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *