Les Kalash du Chitral au Pakistan

Les Kalash du Chitral au Pakistan, qui sont-ils ? Les Kalashs forment un peuple très ancien, encore polythéiste avec une langue et une structure sociale particulières. La tribu montagnarde des Kalash essaie de rester différente, dans des conditions défavorables pour elle et malgré la pression autour d’elle.

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash alexandre Αποτέλεσμα εικόνας για kalash people

C’est en 2009 qu’une amie très proche à moi est allée au Pakistan sous l’égide des « Bénévoles Grecs » (prononcé en grec « Hellinès Ethelontès ») alors j’ai voulu parler des ces énigmatiques Kalash qui gardent encore une flamme grecque très ancienne. La culture Kalash a été jusqu’ici sauvegardée en fait grâce à l’isolement et au strict respect des traditions. Ils sont sans doute aujourd’hui l’un des peuples qui, avec quelques minorités d’origine perse dans les montagnes reculées au sud de l’Iran, soit resté le plus proche des anciens Aryens, culturellement parlant.

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash alexander  Αποτέλεσμα εικόνας για kalash alexander

Qui sont les Kalash ? Le peuple Kalash se trouve à la frontière pakistano-afghane, aux contreforts de la chaine Hindou Kouch, dans les vallées de Bumboret, Rumbur et Birir de la région du Chitral. Les Kalash sont aujourd’hui un peu moins de 3.000, alors qu’ils étaient 100.000 au moyen-age. Ils appartenaient à la tribu des Kafirs (mot arabe signifiant « Infidèles »), laquelle était constituée des Kafir rouges et des Kafir noirs. Les Kafir rouges du coté Afghan n’existent plus en tant que tels car ils ont été violement islamisés par l’Emir Afghan Abdur Rahman de 1895 à 1900. Les Kafir noires ou les Kalash du coté Pakistanais ont été plus chanceux car ils étaient protégés par les colonies brittaniques du pays : ils pouvaient garder leur religion et leurs coutumes.

Comment vivent les Kalash ? Les hommes s’en vont sur les pâturages en haute montagne avec leurs troupeaux alors que les femmes cultivent les champs, dans les vallées, près de leurs villages. Cette société est fortement patriarcale. Les Kalash consomment du pain obtenu avec les deux récoltes par an de blé, des fruits secs (noix, abricots et mûres), du lait et de la viande que procure la chèvre, animal sacré.

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash people  Αποτέλεσμα εικόνας για kalash people

Ils se disent descendants des soldats grecs d’Alexandre le Grand.  Quelques-uns de ses généraux vétérans se seraient arrêtés au Chitral et se seraient mariés à des femmes autochnones. Ils auraient survécus à la tombée du royaume gréco-bactrien facilitée par les raids des nomades et la prévalence des tribus mongoles dans la région. Nous n’avons pas de sources écrites alors on peut dire qu’ils peuvent aussi être des descendants asiatiques hellénisés ou des descendants de Grecs de l’époque des diadoques (ou successeurs) d’Alexandre le Grand.

D’autres chercheurs disent que les Kalashs seraient plutot ascendants d’Alexandre. Ils seraient ce qui reste des tribus Caspiennes qui, au début du 2e millénaire av.J.C., sont arrivés jusqu’à la péninsule balkanique. Ceux qui sont restés sur les lieux originels ont constitué beaucoup plus tard la population de la Bactriane dont Alexandre le Grand et puis la dynastie hellénistique des Séleucides (diadoques d’Alexandre) se sont faits les souverains.

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash people

Quelle langue parlent les Kalash ? Leur langue appelé Kalashamon est indique et fait partie du groupe des langues dardiques, avec des éléments grecs et sanscrits. C’est une langue orale.

En quoi croient les Kalash ? Leur religion est polythéiste et vénère différentes déités qui semblent païennes. On distingue Di-Zau (comme Zeus), « Tsestak » (comme Hestia, divinité grecque du feu sacré et du foyer), Balomain (rappelant Dionysos) etc. Les autels sont accessibles seulement aux hommes dans des lieux reculés en montagne.

Le style vestimentaire des Kalash ? Il épouse les rites du chamanisme. Les femmes Kalash portent habituellement les costumes traditionnels colorés, souvent brodés avec des couleurs lumineuses et des coquilles, le tout sur une tunique noire remontant de loin. Les hommes portent la kamis, chemise longue des Pakistanais.

Les fêtes Kalash. Comme on peut le voir ci-dessous, il y a une fête pour chaque saison. Les musulmans ne doivent pas s’y infiltrer. Pendant les 4 fêtes de l’année, les mariages Kalash ont lieu. Comme me le dit mon amie ; chez les Kalash, il n’y a pas de mariages convenus : les unions se font par amour.

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash joshi festival   Αποτέλεσμα εικόνας για pul festival kalash

Festival Kalash du printemps « Joshi »                       Fete d’hiver Chaumos en l’honneur de Balomain

Dances en cercle, les unes dans les bras des autres.

Αποτέλεσμα εικόνας για pul festival kalash   Αποτέλεσμα εικόνας για uchau kalash

Fête d’automne Pul, la fête du raisin                       Fête d’été Uchau

(avec lequel, ils font du vin) et des noix

Comment vivent les Kalash ?  Ce peuple a peu changé depuis 323 av.J.C, année de la mort d’Alexandre. Il travaille le bois, un matériau vulnérable au temps, pour retransmettre leur culture. Il n’y a pas de traces écrites prouvant leur origine grecque mais pour eux, la réponse vient tout à fait naturellement. Notre histoire est passée oralement de générations en générations. Quoi qu’il en soit, il va sans dire que leurs traditions viennent de très loin.

Les Kalash en voie de disparition.  Le malheur les a frappés en 1979 avec la guerre civile afghane. Les moyens d’anéantir les Kalash étaient les suivants :

  • déboisement des vallées,
  • enlèvements des femmes car leur peau blanche est très appréciée sur le marché du sexe,
  • conversion à l’islam de force, s’ils voulaient revoir leurs familles,
  • pour les obliger à la conversion, on octroyait des prêts à taux usuraires, dont on pouvait seulement se défaire si on subissait la circoncision,
  • discrimination dans la fourniture moderne en eau et en électricité.

Au moment ou les Kalash allaient disparaître dans les années 90, des voies routières et l’électricité sont installées. On se met à exploiter la région des Kalash pour des raisons touristiques. La population autochtones sert d’attraction avec son folklore, ses élans chorégraphiques des derniers païens indo-européens.

Aujourd’hui, ils sont pauvres, illettrés en majorité et menacés par les Talibans qui les poussent à se convertir peu à peu à l’islam. Ils sont cependant beaucoup aidés par les organisations internationales comme « Les Bénévoles Grecs » (Hellinès Ethelontès). Qualifiés d' »infidèles », ils développent pourtant un sens de la communauté et une volonté de garder les traditions ancestrales et orales laissées par leurs ancêtres. Tiendront-ils le coup ? Une question qu’on peut se poser…

Αποτέλεσμα εικόνας για kalash alexander  Αποτέλεσμα εικόνας για kalash alexander

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *