Oct 12

Anna Maria Tsakali expose l’Infini végétal au musée Lambinet a Versailles jusqu’au 1er décembre 2013

Exposition « Infini végétal » du 14 septembre au 1er décembre 2013 au musée Lambinet. Né sous le pinceau d’Anna Maria Tsakali, le jardin devient un paradis végétal dans lequel on se projette et on est entraîné.

L’exposition :   Plus de 50 œuvres exposées, souvent de très grand format (200 x 160 cm), avec une mise en perspective du végétal captif, maîtrisé, puis libre et foisonnant. D’abord captive,  puis foisonnante et libérée, aérienne, la nature constitue comme un refuge et un lieu de méditation pour l’Homme. L’artiste grecque contemporaine s’inscrira pleinement, ainsi, dans le cadre de l’année Le Nôtre à Versailles.

Infos pratiques: Le musée Lambinet est ouvert tous les jours sauf le vendredi (de 14h a 18h) et jours fériés. Plein tarif : 4 Euros, Tarif reduit : 2,50 Euros. Gratuit le dernier dimanche du mois.

 

Qui est Anna Maria Tsakali ? Elle est née au Pirée en 1959, et fait ses études à l’Ecole nationale des Beaux-Arts à Paris de 1983 à 1987, sous la direction de Leonardo Cremonini (mort à Paris en 2010). Anna Maria Tsakali vit entre Athènes et Paris depuis 1989. Elle expose régulièrement depuis 25 ans et elle travaille essentiellement autour du thème du végétal, des fleurs….

 

En 1996, après une période consacrée à des thèmes urbains, Anna Maria Tsakali ressent l’envie d’introduire la mer dans sa peinture. Mais contre toute attente, les œuvres qui naissent sous son pinceau en 1996 et 1997 réservent une bien plus grande part à la terre qu’à la mer et au ciel réunis. Une terre qui supporte des plantes. Celles-ci retiennent l’attention du peintre qui, dès lors, focalisera son travail sur le végétal. C’est ainsi que se confirme une nouvelle orientation de son art, qui dure maintenant depuis près de vingt ans. Au départ de ses œuvres, on trouve toujours l’action du hasard : elle commence par laisser le liquide de la peinture jouer sur la toile sans le contraindre par le pinceau. De cette manière apparaissent des taches, des coulures, dont l’aspect est l’effet du hasard. Le premier résultat consiste en spectres organiques, phénomènes visuels sur lesquels l’artiste interviendra consciemment. L’étape suivante sera d’exploiter le résultat de ces manipulations plastiques. Ces éléments, qui sont arrivés sans la volonté propre du peintre, met- tent en marche son imagination. « La beauté prend forme à travers le vécu. » Tout n’est pas déterminé dès le début. Les choses se mettent en place au fur et à mesure de l’avancement du travail, lors d’un procédé complexe au cours duquel l’artiste fait collaborer le modèle, le hasard et l’imaginaire. (mot de l’editeur du livre plus bas)

 

Parallèlement a l’exposition, je vous propose donc de feuilleter et admirer le très joli livre de 93 pages « Infini végétal » d’ Anna-Maria Tsakali, de Francoise Roussel-Leriche et de Marina Lambraki-Plaka.

     

Mon expérience : Après avoir vu tous ses tableaux a Versailles, le mois dernier alors que je me trouvais a Paris, je suis sortie du musée revigorée. J’avais l’impression d’etre vraiment plongée dans la nature sauvage du jardin : j’ai aimé ce fouilli si réel avec ses couleurs si harmonieuses. Je sentais encore la fraicheur et ces odeurs de verdure dont chacun d’entre nous a inconsiemment besoin. J’ai apprécié le coté accidentel plein d’imagination donné a cette nature, a la fois si proche du réel.

 

 

 

Fév 06

Succès de « Vive la crise » qui relate la crise grecque à la Comédie St Michel à Paris

vive la crise Le succès de « Vive la crise » qui relate la crise grecque au théâtre de la Comedie St Michel à Paris est assuré jusqu’en Mai 2013. Les Grecs et les philhellènes de Paris saisissent toute l’ampleur de la crise en Grèce existante depuis 2010 et compatissent au malheur des Grecs
Description de la piece « Vive la crise » : La pièce est intitulée « vive LA crise » de l’auteur et metteur en scène Alexandre Kollatos et elle reverbère sur la scène théâtrale la situation sociale en Grèce depuis la crise de 2010 : la difficile vie quotidienne, le mauvais état d’esprit, la culture et les traditions des Grecs. La pièce comprend des déclarations de l’ex-premier ministre grec Georges Papandréou de l’ile de Kastellorizo, de l’Eglise orthodoxe, la lecture de lettres….etc

Les acteurs : Le spectacle est présenté avec comme animateur l’ex-premier ministre Grec George Papandreou incarné par Brice Landwerlin, lequel est accompagné de Laura de Boischevalier, Dimitra Charitopoulou, Joachim Delmotte, Matthieu Moerlen, Electra Parikos et Alexandre Kollatos

De quoi parle la pièce « Vive la crise » :  A travers cette pièce, on a un regard sur le pays et ses habitants. On rit et on pleure en meme temps. On y montre le désespoir, la honte et la colère des Grecs lors des manifestations en autres. On ressent de la pitié pour la société grecque victime de la crise :  baisse des salaires et des retraites, arrêt total de toute activité et donc chomage qui pousse la matière grise ou les jeunes diplomés grecs à quitter le pays pour enfin se sentir utiles et heureux. Le peuple grec est humilié, traité de menteur, de voleur et de tricheur par l’Europe entière. Il y a meme des histoires droles sur la Grèce en Allemagne et autres pays du Nord.

Pourquoi aller voir la pièce « Vive la crise » ? : Parce qu’on ne doit pas se moquer des Grecs et les traiter de voleurs, de menteurs, de fraudeurs et de dépenseurs car en verité, la crise fait des Grecs des victimes (voir mon article Pourquoi la Grèce est en crise?). Les fauteurs sont les politiciens corrumpus et désorganisés. Les étrangers européeens ne se rendent pas compte de ce qui ce passe au sein de la société grecque. Ils ne voient que les montants de la dette et le montant des milliards trimestriels accordés à la Grèce. Ils ne voient que les actions de violence propagandées à la télé. La société grecque est indignée d’accord mais elle est calme en générale ; Elle ne demande que de trouver à la longue un peu de lumière au fond du tunnel. En attendant, les Grecs perdent espoir, souffrent du chomage et de précarité. Vous savez…la crise peut arriver à vos portes… il faut compatir au désespoir de ses concitoyens européens qui ne sont que les victimes de la crise.

Mon expérience : J’ai récemment profité d’un sejour en France en famille pour aller à Paris voir « Vive la crise » . Je peux vous dire que la salle était très bien et le service parfait. Elle était pleine et tout le monde vivait pleinement ce qu’il voyait : rires, mains serrés autour du nez à cause de l’émotion, brefs silences pleins de significations… Comme tous les spectateurs, j’ai ressenti la grande vigueur et l’émotion des acteurs qui nous comblent de mises en reflexion. Je ne me suis pas une seconde ennuyée car la pièce de Kollatos avait plein de choses à dire en fait. J’ai beaucoup aimé Brice Landwerlin qui imite parfaitement Georges Papandréou. J’ai beaucoup ri et j’ai repris mon train de retour avec pleines d’images de soutien des philhellènes francais…. J’ai repris un peu plus de positivité en rentrant en Grèce.

Ma note : 5/5