Les Eléuteres, la demeure du dieu Dionysos

La légende locale stipule que c’est dans la cité des Eléuteres qu’est né le dieu de la fête Dionysos. Le dieu grec libérateur des Boétiens près de la forteresse des Eléuteres.

 

C’est avant d’arriver dans la ville de Thèbes il y a sept ans que j’ai décidé, toujours avec mon époux, de visiter la citadelle ancienne du 4e siècle d’Eléuteres. Elle se trouvait sur notre route Athènes-Thèbes alors on s’y est arrêté. Voilà plus bas les quelques notes que j’avais prises au préalable de divers livres historiques par ci et par là depuis des années (sans avoir l’occasion de voir le site) et les observations que j’avais faites après ma visite.

Ce qui se dresse avec grandiosité aujourd’hui dans la cité antique des Eléuteres, c’est l’ancienne forteresse de protection et combat (une des mieux préservées en Grèce) se trouvant sur une colline rocheuse. Une forteresse que je trouve super bien préservée !!  Dans la cité d’Eléuteres, j’ai noté que les archéologues ont trouvé les vestiges d’un temple dorique du 4e siècle mais il n’en reste plus rien… On suppose cependant qu’il était probablement lié à la vénération du dieu Dionysos.

Mais où se trouve la forteresse des Eléuteres ? Symbole et dernier signe prouvant l’existence des Eléuteres, la citadelle se trouve aujourd’hui au nord du village de Vilia, à peu près au milieu du trajet Athènes-Thèbes en Boétie. Quelques mètres après la jonction montrant Vilia, il y a un chemin qui vous mène à la forteresse. Vous pouvez laisser votre voiture sur un plateau près de la forteresse. L’entrée est libre toute l’année.

La citadelle fut construite sur l’acropole de la cité d’Eléuteres, déjà existante, autour de 360 av.J.C. à une altitude de 500 m sur une colline rocheuse isolée entre les monts Kithairon et Parnès, dans le col de Kaza (aujourd’hui c’est l’ancienne route départementale qui y passe). Dans l’antiquité, une route dans ce col reliait Thèbes à Eleusis et constituait surtout le passage principal de l’Attique vers la région de Boétie.

La location stratégique de la forteresse. Pourquoi construire une citadelle si grandiosement dans un endroit me semblant si isolé. D’abord, on peut voir qu’elle contrôlait la vaste plaine fertile autour du village de Mazi (ou Œnoé) au sud. Puis, elle se trouvait à la frontière entre les cités-États de Thèbes et d’Athènes et enfin, elle était en face de l’important château de l’Antiquité, le château athénien d’Œnoé se trouvant à 6 km au sud et dont le mur d’une tour est actuellement toujours bien préservé.

Eléuteres au temps du Christianisme. La citadelle est érigée après le déclin d’Athènes (autour de 400 av.J.C.suite à la longue et dévastatrice guerre du Péloponnèse) et à son tour, elle décline à la fin l’empire romain au 2e siècle ap.J.C. J’ai noté que les découvertes archéologiques témoignent de la présence des Chrétiens à Eléuteres. On y a trouvé des habitations du 3e et du 4e siècle après J.C. Sur le côté oriental de la citadelle, on a découvert les fondations de deux basiliques pré-chrétiennes, ce qui montre que la communauté chrétienne y était florissante. La dernière phase de construction de la citadelle a cours sur le mur sud avec une transformation du 5e au 7e siècle. Au cours de cette période, l’existence de la fortification a été utilisée pour protéger la population chrétienne grecque lors de périodes dangereuses du Moyen-âge.

La structure de la forteresse des Eléuteres s’appelle aujourd’hui Guyftokastro. Elle est bien préservée, car vu son isolement en montagne, car j’imagine bien que les pilleurs ne pouvaient transporter les énormes blocs de pierre. Sa maçonnerie suivait un système isostructural impeccable, sans l’utilisation de mortier… c’est vraiment étonnant. La forteresse des Eléuteres, toute faite de pierres très bien taillées, sur deux étages jadis, a une périphérie de presque 900 mètres et sa partie la plus intéressante constitue, à mon avis, ses deux portes des six plus petites qui existaient. Une grande se situe du coté ouest et une plus petite du coté sud-est. Les murs de la forteresse ont une longueur de 330 mètres et une largeur d’environ la moitié. Le périmètre total de la forteresse est de 860 mètres. L’épaisseur moyenne des murs est de 2 mètres et demi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tours de la forteresse sont en bon état. Le long des murs sont parsemées de tours carrées. Six tours carrées de presque six mètres de haut sur les quatorze qui existaient sont bien conservées sur le coté nord des murs. Entre les tours, les murs protégeaient un couloir. Des escaliers en pierre conduisaient les gardes de l’intérieur de la forteresse jusqu’aux tours et aux murs. Je remarque des rangées de trous dans les murs et je reproduis dans ma tête l’architecture : Les trous maintenaient les poutres, lesquelles soutenaient les planchers en bois. J’imagine les archers jettant les flèches de leurs arcs par les fenêtres-fentes du deuxième étage. Je pense qu’un étage supplémentaire avaient des fenêtres utilisées pour les catapultes.

Dionysos d’Eléutheres à Athènes. La fête du dieu Libérateur Dionysos (en latin Bacchus) était à l’origine d’un festival eleuthérien pour célébrer le nouveau vin. Je sais que les Eléutheres était une ville Boétienne jusqu’au 6e siècle av. J.C. et puis, qu’elle  passe sous le contrôle des Athéniens, loin de des puissants Thébéens devenus leurs ennemis. C’est de cette cité que le culte du dieu Dionysos (libérateur des villes boétiennes) s’est répandu à Athènes. Selon le grand géographe Pausanias, pendant la période du gouvernement du tyran Pisistrate à Athènes, le xoanon de Dionysos (énorme statue de culte) a été transféré d’Eléuteres à l’Acropole et un temple de Dionysos a été bâti sur la pente sud-est de la colline de l’Acropole dédié à Dionysos d’Eléuteres. Et puis, un nouveau genre littéraire et artistique grec, unique en Europe et complètement nouveau apparaît avec le théâtre. Le théâtre de Dionysos est alors construit pour la représentation de pièces et le prêtre de Dionysos Eléuthéreus était la principale personne honorée lors des représentations. Son trône de marbre bien orné et décoré était placé de manière privilégiée au premier rang des spectateurs.

Cette visite m’a vraiment plue malgré la chaleur sur le site. Bien sûr, pour décider d’aller voir ce site, il faut être amoureux des super vues panoramiques sur l’horizon, amoureux également d’histoire et surtout des vieilles pierres. Et c’est mon cas donc si vous me ressemblez un peu et

si vous avez du temps libre, allez visiter le forteresse d’Eléuteres. A mon avis, cela vaut la peine.  

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *