La petite ile de Palio Trikeri, un oasis d’oliviers

La petite ile de Palio Trikeri, une oasis d’oliviers au bout du golfe Pagasitique pas loin de Volos. Une île où il n’y a pas de voitures…

 

 

Où est l’île de Palio Trikeri. C’est une toute petite ile de 3km2 qui se trouve à l’entrée du golfe Pagasitique, dans le département de Magnésie, à 70 kms de Volos. Elle compte 80 habitants toute l’année. L’île est couverte d’une dense végétation constituée notamment d’oliviers. Au nord de l’île, il y a l’îlot de Pythou.

Pourquoi aller sur l’île de Palio Trikeri ? C’est une île idéale pour ceux qui aiment la mer, pour ceux qui aiment se ballader et pour ceux qui aiment le calme. A vrai dire, je suis déja allé(e) sur l’île plusieurs fois avec des copains mais cela fait déja très longtemps. A chaque fois que j’y allais, nous faisions du camping sauvage sur les plages de l’ouest de l’île…  Je suis passée récemment près de l’île et je peux dire que je ne l’ai pas trouvé changée…

 

 

 

 

 

Comment aller sur l’île de Palio Trikeri ? Vous prenez un petit bateau de Trikeri ou un bateau-taxi d’Alogoporos en face de l’île de Palio Trikeri (15 minutes de trajet, 2 Euros/personne en été). Vous aurez laissé votre voiture sur la petite place. Cette île habitée apparaît complètement coupée du monde extérieur. On peut voir de belles maisons tuilées. Arrivé(e) sur île, vous ne verrez aucun véhicule. La circulation dans les petits magasins sur la côte semble animée mais tout bouge à un rythme bien humain. C’est là que vous allez oublier la routine et les tracas de la vie quotidienne.

Aghios Ioannis ou Palio Trikeri est le seul village de l’île. C’est là que vous trouverez une chambre à louer et quelques tavernes littéralement au bord de l’eau. La place est agréable avec ses tamaris et ses eucalyptus. On peut admirer l’église de Aghios Ioannis (construite en 1786) et qui a donné son nom au port du village.

 

Un peu d’histoire : Au 18e et 19e siècle, les habitants étaient des pêcheurs, des plongeurs et des capitaines audacieux. Les maisons néo-classiques de ces derniers sont conservées jusqu’à aujourd’hui. Quelques-unes dominent dans les étroites ruelles pavées du village. C’est dans le monastère isolé de l’île et autour des camps aménagés précairement qu’ont vécu des détenus des partis de gauche, de 1948 a 1953 : cinq mille femmes mais aussi des hommes politiques, des fermiers, des ouvriers et des intellectuels, pendant les dures années de la guerre civile en Grèce.

Les plages de Palio Trikeri. Les plus belles plages sont les suivantes. Prasino Ammou avec ses eaux cristallines ressemblent vraiment à une piscine (à 30 minutes du port). On a la même scène sur la plage d’Afetka et sur la plage d’ Aghios Georgios tout au nord de l’île. On arrive sur ces magnifiques plages du monastère de Panayia en suivant des sentiers. Une autre plage étonnante est à découvrir en suivant un chemin du port. Vous marchez environ trente minutes et vous arrivez sur la plage de Aghia Sophia à l’ouest. Il est difficile de résister au charme de la côte maritime de l’île et de ne pas s’aventurer dans cette île délicieuse. Je dois dire que le meilleur côté de l’île pour la marche est du coté ouest, parce que le paysage est plus calme et on peut y trouver plus facilement une plage, même si on perd son chemin. Du côté est de l’île, vu que la nature est disons assez rugueuse, il est donc déconseillé de la visiter (sauf si vous marcher avec un habitant de l’île).

Le monastère de Panayia Evangelistria. Du port, il vous faut marcher 15 minutes le long de la vieille rue pavée pour arriver jusqu’au monastère. Ce monastère avec son église a été construit en 1837 sur les ruines d’un plus ancien monastère détruit en 755 par les pirates. Le katholikon est une belle basilique avec dôme dont l’architecture provient du Mont Athos.

On dit que ce monastère a été fondé là où on avait trouvé une icône de la Vierge sous les racines d’un olivier. On fête ce miracle au sein du monastère, le 7 septembre. Une fête villageoise suit les messes nocturnes. Les femmes du village aiment porter les habits traditionnels locaux lors de ces festivités et autres fêtes religieuses. Le port d’Aghios Ioannis accueille chaque année un certain nombre de pèlerins venant de Trikeri, de Volos, du Pélion, de l’ile d’Eubée, de Skiathos etc.

C’est un très beau monastère qui a abrité des centaines de détenus, lors de la guerre civile. Aujourd’hui, on peut admirer l’église principale dans toute sa beauté d’après guerre. Les sols en mosaϊques sont fantastiques. La belle iconostase de l’église a été rénovée par un artiste exilé qui a été plus tard condamné à mort et exécuté. Aujourd’hui, le monastère est un lieu qui accueille ceux qui veulent vivre quelques jours dans le calme complet, dans la méditation et la réflexion personnelle. Il y a autour de cent cellules rénovées pour un séjour à un coût modéré.

 

 

 

 

 

Avez-vous déja pensé à aller sur la petite île de Palio Trikeri ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

One thought on “La petite ile de Palio Trikeri, un oasis d’oliviers

  1. C’est à la lecture de “Ceux qu’on aime” de Victoria Hislop que je découvre votre blog fort intéressant.
    L’une et l’autre, vous contribuez à éveiller notre goût d’aller plus loin…, dans l’exploration de lieux, de l’Histoire. C’est d’autant plus chaleureux en cette période inédite de “voyager autrement”…
    Merci.
    Ps.
    – Pour la petite histoire et le collègue Charles Corner : l’ouvrage “l’ile des oubliés” de Victoria Hislop m’avait préparée à visiter Spinalonga d’une certaine manière.
    – Autre approche de visite que j’aimerais effectuer, c’est à partir de son livre “Cartes postales de Grèce”

    Annick B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *