Pourquoi la Grèce est en crise ?

Pourquoi la Grèce est en crise depuis 2008 ? Doit-on craindre un défaut paiement de la Grèce ?    La sortie de la zone Euro de la Grèce doit avoir lieu ? Que dire d’une faillite de la Grece et des consequences ?

Voilà les questions auxquelles je vais tenter de répondre simplement.
Mon expérience : Je vis en Grèce depuis longtemps maintenant et je vois avec tristesse ce pays se dégrader dangereusement et presque s’anéantir. Les communiqués médiatiques alarmants et l’évolution infamante des choses et des gens me plongent dans un état de torpeur sentimentale négative et interminable, pourtant Dieu sait combien je suis positive. Cela fait longtemps que j’ai entendu de bonnes nouvelles dans ce pays… C’est dommage car les Grecs avaient toujours su garder une qualité de vie; ils étaient toujours vivants, souriants et bons viveurs. Maintenant, personne ne rit. Chaque Grec se lève en pensant à ce qu’il va devenir, gagnant chaque mois toujours moins d’argent…
Comment les Grecs vivent-ils la crise ? Ils subissent sans trop rien dire. Ils ont régulièrement manifesté avant chaque grande prise de décision des gouvernements grecs invités à la Commision Européenne ou face à la Troϊka à Athènes mais ils ont compris que la politique d’austerité grecque est le seul plan qui tienne, vu que tous les Grecs veulent rester dans la zone Euro. Mais les maux sont indescriptibles tellement ils sont douloureux.
Les mesures d’austérités grecques prises sont :
  • Baisse des salaires dans le secteur privé,
  • Baisse des salaires grecs de dans le secteur public
  • Gel des retraites,
  • Visites payantes chez les médecins… etc

Les conséquences de la crise grecque sur la société sans exagérations sont les suivantes :

  • Taux de chomage à 26% (plus qu’en Espagne) dont les victimes sont les jeunes,
  • Seuil de pauvreté qui dépasse les 30% de la population,
  • Doublement des cas de suicides,
  • Montée en flèche des cambriolages et homicides,
  • Fermeture quotidiennes de dizaines et dizaines d’entreprises et magasins,
  • Inflation : le très bas pouvoir d’achat empêchent tout achat. 40% des Grecs vivent du strict minimum : avoir un toit, trouver un moyen pour se réchauffer et avoir à manger.

Mais pourquoi la classe moyenne serait-elle la victime de la crise ? Certains disent que les grecs sont des fraudeurs, des dépenseurs et qu’ils évitent de payer les taxes. Imaginons que ce soit vrai : Puisque le système capitaliste permet d’acheter maisons, voitures etc à crédit, les Grecs en ont profité, c’est tout ! Le problème, ce sont les vrais dépenseurs qui l’ont et les banques qui prêtaient ! Quant à la fraude, si elle n’est pas controlée, elle s’étent… cela pourrait se passer dans n’importe quel pays. En ce qui concerne les taxes, elles étaient très peu nombreuses encore en Grèce il y a 5 ans, ce n’est pas la faute des gens mais des gouvernements en place.

Nous voyons que la scène poltique est fautive : Nous avons des politiciens aux gouvernements qui n’étaient et ne sont jamais punis en Grèce. Le système juridique est faible en Grèce, malheureusement. Alors on peut se demander quelle est la cause de la crise en Grèce ? 

  • Nature clientéliste de la politique grecque. Pour obtenir des votes, les politiciens faisaient entrer des milliers de gens dans le secteur public, ayant atteint aujourd’hui 10% de la population !
  • Fraude fiscale des gouvernements successifs depuis 2001 et avant. Les statistiques et les budgets ont été truqués pour améliorer l’image de la Grèce auprès de l’U.E (pour obtenir les Paquets européens) et des investisseurs,
  • Secteur public énorme et non productif : laxisme extrême, gaspillage incontrolé des budgets alloués au services (centaines d’organismes sans raison d’exister, salaires de directeurs inexpliquablement élevés, détournements des fonds européens à des fins personnels ou pour des chantiers n’ayant jamais tenu place, vols de biens et médicaments dans les hôpitaux…etc) au détriment de la classe moyenne grecque en besoin, bien évidemment.
  • Aucune organisation et contrôle des administrations de la part de l’Etat. Jusqu’a il y a 12 ans, c’est la classe moyenne grecque qui, en partie, faisait vivre le pays.
  • Importations très importantes d’armes (sous-marins, avions et frégates de guerre),

L’alarme de la crise économique en Grèce a sonné dès 2009, quand le gouvernement de droite Nea democratia de C.Karamanlis a soudainement baissé les bras. En Octobre, le gouvernement de gauche gagnant aux éléctions, le PASOK de Georges Papandreou de gauche, dévoile à l’Europe tout ce qui s’est passé depuis 2004 (fausses statistiques etc) et alors la crise grecque apparaît dans toute son ampleur : 350 milliard de dollars de dette !

Le gouvernement Papandréou demande l’aide de la Troϊka (la Commission Européenne, la Banque Centrale Européenne et le Front Monétaire International) devant la crise grecque paraîssant insurmontable. La Troϊka en Grèce applique des mesures successives drastiques qui sont les suivantes :

  • La TVA passe finalement à 23%
  • Taxes sur l’essence, l’alcool et le tabac.
  • Dans le secteur public, baisse des salaires et suppression des primes
  • Baisse des dépenses de l’Etat et baisse du budget alloué à la protection sociale (les hôpitaux, les médecins et même l’éducation est touchée)
  • Contrôle de la fraude dans le secteur public liée à la population : des gens ne déclaraient pas la mort d’un parent ou déclaraient un handicap physique alors qu’il n’en n’était rien… afin de toucher une retraite. L’Etat ne faisait aucun contrôle !
  • Administration de soudaines lourdes taxes à tout le monde sur tout,
  • Structure de réserve pour des milliers de gens dans le secteur public  (ils sont suspendus pendant un an avec un salaire minimum de 600 euros environ et retourneront au travail, s’il y a lieu)

Pourquoi La Troika soutient la Grèce ? Elle donne ses doses trimestrielles de plusieurs dizaines de milliards d’euros afin de sauver le pays d’un défaut de paiement qui mettrait en danger le système bancaire grec. Sans liquide, le pays serait vite en faillite. Cette dernière mettrait en danger la zone Euro toute entière (d’abord l’Espagne) et cela aurait un coût de 1.000 milliards de dollars à l’économie mondiale

Comment la Troika soutient la Grèce ? En Mai 2010, un fonds de stabilisation est installé et en Octobre 2011, l’abandon par les banques privées de 50% de la dette publique ainsi que la récapitulation des banques est effectuée. Mais cela ne suffit pas, les résultats économiques sont peu convaincants. Alors l’Europe demande une sortie de la Grèce de la zone Euro ou un engagement écrit pour inciter l’application réelle du plan d’austérité. En avril 2012, des éléctions anticipées laissent au pouvoir le parti Nea democratia d’Antonis Samaras en cohabitation avec le parti du PASOK et de DIMAR (gauche). Beaucoup de soutien a lieu auprès de ce nouvel homme d’Etat qui semble tenir ses promesses face à la Troika.

Bilan de la situation économique de la Grèce et de l’aide de la Troika: 

  • La stabilité n’est pas arrivée et la croissance ne fonctionne pas.
  • L’économie est déplorable : pas d’investisseurs, pas de pouvoir d’achat
  • Les prêts européens et du FMI sont consacrés seulement à faire vivre le système bancaire et à payer les intérêts. Aucune liquidité sur la toile sociale pour permettre la croissance.
Le défaut de paiment n’est pas écarté. Les Allemands devront jouer le jeu de la Commission Européenne et faire preuve de moins d’intransigeance impassible. Il faudra sûrement un allongement des prêts et une baisse des taux d’intérêt, sinon la Grèce restera dans la tour infernale d’une Europe ayant irremédiablement perdue au Monopoly de son propre système économique.
Aujourd’hui, en 2021, sans la troϊka et le FMI, la Grèce est supportée par l’Union Européenne et sa banque. La Grèce reste le pays le plus endetté de la zone européenne avec toujours 350 milliards d’Euros. La seule solution serait une baisse de la dette nationale. Je ne vois pas d’autre solution.
Qu’auriez-vous à ajouter ?     

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *