Kyra Panagia, ile sainte de Grèce

Kyra Panagia, ile sainte de Grèce est toute petite ile grecque au nord de l’ile d’Alonnissos dans les Sporades, C’est une ile connue pour son monastère.

 

 

 

L’île appartient au mont Athos et c’est la raison pour laquelle elle n’est pas habitée. Ses cotes et sa nature sont donc restées presque intactes. Le visiteur qui peut approcher l’ile en bateau peut profiter d’un beau pèlerinage mais aussi d’un paysage naturel intacte sur la mer Égée, le grand bleu de la Grèce.

Kyra Panagia (prononcée Kyra Panayia), qui s’appelait Pélononissi avant 1.000 av.J.C., fait partie des iles désertes au nord-est a 8 kms environ d’Alonnissos. Dans les temps anciens, l’ile était connue sous le nom d’Evthyros et de Polyaigios. La superficie de l’île n’est que de 25 km2. Ses côtes sont rocheuses et ses plages sauvages, se trouvent enclavées entre des rochers quoique l’altitude maximum de l’ile ne dépasse pas les 290m. L’ile la plus proche de Kyra Panagia ets Yioura à 5 kms au nord-est de Kyra Panagia.

Comment aller sur l’ile de Kyra Panagia ? Le moyen le plus rapide est d’arriver par avion sur l’île voisine de Skiathos, puis en ferry aller à Alonissos et de son port, Patitiri, vous pouvez louer à la journée un bateau de ceux qui font des excursions vers Kyra Panagia. Moi, je suis allée sur la petite ile lors de mes vacances à Alonnissos début septembre 2003 (cela fait bien longtemps mais j’aimerais y retourner cette année, à voir).

La végétation de l’ile de Kyra Panagia. L’ile est couverte d’oliviers à l’état sauvage, bien sur. L’ile a une végétation méditerranéene tels que le maquis, le pistachier, l’arbousier, le chêne des guarrigues et puis, du cote nord-est, on trouve la guarrigue et le pin d’Alep. Les plages de Kyra Panagia. Seule les plages des deux ports naturels que Kyra Panagia détient sont couverts de sable. Le parc marin des phoques Monachus monachus. L’île est située dans le parc marin d’Alonnissos et est l’un des abris du phoque méditerranéen Monachus monachus.

La belle baie fermée ou le port naturel de Planitis au nord de l’ile est on ne peut plus charmante. En y entrant, sur la droite, in trouve l’îlot de Sfika. Le long bras de mer pour arriver dans cette baie bien protégée fait un kilomètre. Arrivée dans la baie, on trouve encore deux baies appelées Endexio et Dravi à l’ouest. A Dravi, il y a une pittoresque plage de galets avec une rocher caractéristique au milieu. En sortant de la baie de Planitis à l’est, on arrive dans la baie d’Agios Petros située en face de l’île de Pelerissa, également connue sous le nom de Fagrou.

La baie d’Aghios Petros dans l’ouest de l’ile se situe en face de l’îlot de Pelerissa qu’on appelle aussi Fagrou. Dans la baie abritée de Aghios Petros, les bateaux sont protégés du vent du nord. A l’ouest de la baie d’Agios Petros, près de l’îlot, un ancien navire du 5e sc av. J.-C. a été trouvé mais il n’a jamais été fouillé. Il transportait des centaines d’amphores provenant de Chalcidique. Au sud de la baie, la plaine de d’Aghios Petros qui descend de la montagne est couverte pleine d’oliviers et à sa base il y a des ruines d’un ancien monastère.

Le monastère de Kyra Panagia au moyen-age (photo plus haut). L’île n’est habitée que par des moines faisant partie du monastere Kyra Panagia dans une baie à l’est de l’ile. L’île appartient au monastère de Meyisti Lavra (sur la sainte montagne, le Mont Athos). L’empereur byzantin Nicéphore II Phokas donna l’île au grand monastère Athonite de Lavras en 963 (il y a plus de 1000 ans) dans le but d’assurer l’approvisionnement en vivre pour le Mt Athos. Les chèvres femelles n’étant pas autorisée a Athos, Kyra Panagia a été louée à des éleveurs de chèvres. Il y a aujourd’hui plus de 3.000 chèvres sauvages dont de nombreux males sont vendus pour la viande.

En 1.100 ans apres J.C., le monastère de Kyra Panagia est construit au nom de la grande sainte, mère de Dieu, sur les versants est de l’île surplombant un petit port naturel. Jusqu’en 1984 depuis le moyen-age, il y avait toujours au moins un moine sur l’ile et depuis 30 ans, il y en a quelques-uns. Le port naturel en bas du monastère est exposé aux intempéries et on ne peut approcher la baie que pendant de bonnes conditions météorologiques. Les moines vivent sur l’ile avec ce qu’offre l’ile en richesse végétale et animale. Ils vont à la pêche (ils ont leur caique), font de l’huile et s’occupent des animaux qu’ils ont apprivoisés.

Le monastère est toujours très actif et les pelerins y vont au moins une fois par an…et ayant participé aux festivités religieuses, je peux dire qu’il y avait pas mal de monde (provenant d’Alonnissos mais aussi des autres iles des Sporades) ! Le monastère a été rénové à la fin du 20e par l’armateur grec Potamianou et sa visite est devenue très agréable. Pour aller au monastère, on doit monter assez haut à pied et puis il y a des marches ! … mais pas d’inquiétude, le trajet n’est pas très exhaustif. Au sein du monastère, il y a encore le vieux moulin à olives, le vieux moulin à farine, les anciens fours et je distingue un système photovoltaïque ! C’est le 2 et 3 septembre que les pelerins arrivent sur l’île de Kyra Panagia pour participer à la fête du monastère, le jour de la naissance de la mère de dieu.

Un peu d’histoire… L’ile de Kyra Panagia existait déjà à l’époque néolithique au 4e millénaire av. J.C. On a trouve des ruines sur le petit îlot dans la baie d’Agios Pétros. Toute une ville ancienne a surement été installée ici. Dans la Grèce archaique et classique, l’île était sous la protection d’Athènes. Au 4e sc avant J.C., l’île passe aux mains du roi de Macédoine, Philippe II, qui a chassa de l’ile le puissant brigant Sostratos. Très intéressant…

Bref, seriez-vous disposé(e) à visiter la petite ile sainte grecque de Kyra Panagia ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *