La cité antique de Stratos, une merveille entre les lacs

La cité antique de Stratos, une merveille entre les lacs dans l’ouest de la Grèce. Visitez aussi Amphilochie et Agrinio.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite de Stratos, d’Agrinio et d’Amphilochie dans la région d’Acarnanie à la frontière avec la région d’Etolie vaut le coup. Aujourd’hui, ces endroits sont au centre d’une plus grande région que les Grecs appellent tout simplement Etoloacarnanie. Il y a 6 ans, au début du printemps, avec mon mari, j’ai visité la région et j’ai apprécié cette visite tranquille loin du tourisme, près d’une nature tranquille au bord de l’élément aquatique.

Οù loger à Stratos ? J’ai réservé au Marpessa Smart Luxury Hotel dans la petite ville d’Agrinio, à 9kms au sud-est du site de Stratos. L’hôtel est luxueux, à un prix raisonnable pour ce qu’il offre. La vue sur la ville est super de sa salle café-restaurant. Je vous conseille cet hôtel sans hésitation. 

Agrinio est le premier étape de notre périple et c’était la ville où nous rentrions tous les soirs pendant notre visite de trois jours. C’est une ville de 50.000 habitants très sympatique entre les lacs de Trichonida, de Lyssimachia, d’Ozeros et de Stratos. C’est l’ancienne ville du tabac où on trouve le grand parc municipal acheté en 1919 par Papastratos, le maître de la confection du tabac en Grèce. La place Mercouri et surtout la place martyre de 1944, la place de la Démocratie (photo plus bas) sont très jolies et très vivantes.

 

 

 

 

 

 

Les lacs d’Ozeros et Amvrakia. D’Agrinio, dans notre but un jour d’aller à Amphilochie, on prend la route E951 qui passe devant les deux lacs sur 50 kms (il y a aussi l’autoroute Ionia No 5 aujourd’hui mais je pense qu’on ne voit pas grand chose sur la route). On est arrivés au bord du profond lac d’Ozeros de 10 kms créé par les eaux du grand fleuve Achéloos… les eaux semblent assez claires !  Le lac Ambrakia, lui, est à 1 km du lac Ozeros. C’est un lac de 14 kms qui a perdu beaucoup en surface à cause des drainages et du temps sec. Α Rivio, j’ai pu voir le lac de loin. Il est pourtant très beau avec sa flore et faune remarquables. Il fait partie du réseau Natura 2000…

 

 

 

 

 

Αmphilochie (photo à droite plus haut que celle des lacs) est la ville que je voulais visiter dans le golfe Ambracique. Son port est très joli surtout à l’arrivée de la nuit et le soir. C’est un endroit très agréable au bord de l’eau sur le quai avec beaucoup de cafés et tavernes. C’est un lieu peu touristique mais beaucoup de monde passe par cette ville pour se rendre à Prévéza ou Arta.

Je suis surtout intéressée à voir Stratos. C’était le but de ce séjour pour moi mais que voir à Stratos ? Voilà plus bas ce que j’avais noté sur cette ville antique sur mon carnet de voyage avant et lors de ma visite…. 

Stratos était la plus grande capitale d’Acarnanie, une ville que les Spartiates ont deux fois assiégée, à l’apogée de leur puissance mlitaire, sans pouvoir la conquérir. La cité de Stratos était construite à un endroit précis afin de contrôler toute la plaine d’Acarnanie, près du village actuel de Stratos. C’était une cité protégée par les murs imprenables d’une grande forteresse très active pendant 400 ans.

La murs de la forteresse de Stratos. Dans l’antiquité, Stratos était la plus grande cité intra-muros de la région. C’était le grand centre commercial et le centre de recrutement de l’armée arcananienne. La citadelle était longue de presque huit kilomètres, étendue sur une série de trois collines. Le grand général Thucydide appelait cette “ville maximum”. Les murs ont été dressés au 5e siècle. La périmétrie des murs comprenait 22 portes et 55 tours rectangulaires. La porte centrale sud de la ville conduisait, à travers une artère principale, à l’ancienne agora. La porte riveraine de la ville est également importante. Un mur intérieur d’environ 850m de long divisait la cité (pour des raisons de sécurité supplémentaire) en deux parties. Du côté ouest, il y avait le temple de Zeus et l’agora et à l’est le théâtre. À l’extrémité nord de la place forte, il y avait l’acropole, dans laquelle on y a trouvé des traces d’habitations byzantines.

 

 

 

 

 

 

Le temple de Stratos Zeus. C’est un des monuments les plus frappants du site archéologique de Stratos. Il se trouvait au nord-ouest de l’acropole de la cité. C’était un grand temple de 35m sur 15m en construction dès 320 av. J.C. Tout bâti de pierre calcaire dur local, à cause des guerres faites contre les voisins Etoliens, ce temple n’a jamais été fini (les tambours des colonnes ont encore leurs bosses pour la manœuvre et puis les colonnes n’ont été travaillées). Le temple avait un pronaos et une cella (avec porte à deux battants), le naos ou sanctuaire au milieu et un opisthodome derrière. Le toit se tenait sur huit colonnes de style dorique. J’ai été impressionnée par le très bon état de conservation de la base du temple. par l’architecture du temple et par les nombreux blocs de colonnes encore là, après plus de 2.300 ans de tumultueuse histoire.

  

Le théâtre antique de Stratos. Il se trouve à l’est sur l’acropole de Stratos et il a lui aussi été érigé à la fin du 4e sc av. J.C. Il a été construit carrément dans la roche de la colline (dans du grès gris-vert). Il pouvait comprendre plus de 6.000 places. Dans son koilon (enceinte) semi-circulaire, 28 rangées de gradins sont préservées. Onze escaliers divisent le koilon en 12 tribunes. Dans son orchestre circulaire, on peut voir au bord la présidence avec des sièges d’honneur (destinés au prêtre de Dionysos et aux hauts fonctionnaires de l’État) et trois autels, tandis que sur la scène, il y a trois phases de construction qui suivent l’évolution de l’ancien théâtre grec. Au sud du théâtre il y avait un haut mur et une route ancienne menant au théâtre.

 

 

 

 

 

Le déclin de la cité de Stratos. Cette cité était du côté des Athéniens, lors de la guerre du Péloponnèse du 4e siècle. En 314, après la chute du royaume grec macédonien d’Alexandre le Grand, c’est le nouveau roi macédonien Cassandre qui conquiert la cité de Stratos pour en faire une base militaire contre les Etoliens. Cependant, Stratos passe aux mains des Etoliens en 252 av.J.C. et en 169, la cité fait partie des villes accueillant les nouveaux arrivés, les Romains, devant affronter le dernier roi macédonien Persée. Après la fondation de Nicopolis en 31 av.J.C., une grande partie de la population de la cité de Stratos a dû partir pour s’installer dans une nouvelle ville d’où le marasme de l’ancien grand centre acarnanien.

La visite de Stratos étair particulièrement intéressante, aimeriez-vous visiter la région de Stratos?

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *