Le village grec de Trikala ou la beauté tranquille

Le village grec de Trikala ou la beauté tranquille, près de Corinthe. Une région en Grèce à découvrir absolument pour ses lacs, forêts, montagnes et la mer un peu plus loin.

 

 

Voila pourquoi on va à Trikala près de Corinthe : Non seulement pour avoir un séjour romantique et reposant entre couple mais aussi pour aller dans la nature vivifiante et remonter les batteries.

Impressions en arrivant à Trikala : Vous quittez la route nationale au bord de la mer au nord du Péloponnèse au niveau de Kamari, village balnéaire et vous prenez une départementale vers le sud, à gauche. La nature commence alors à donner son crescendo de feuillages et de beauté. Au début, la scène panoramique me fait penser à la Toscane : des vignes et des jardins de légumes et de potirons (c’est la période) qui donnent une belle couleur jaunatre au tableau. En montant un peu plus haut, on distingue trois beaux villages, ceux de Kato Trikala, Mesaia Trikala et Ano Trikala. Alors là, l’image change. Des platanes, des noyers, des marroniers et des pins noirs prennent place et remplissent le vide entre les maisons et puis, on découvre un spectacle fascinant: la vue sur le golfe corinthiaque. Un charmante harmonie mer-montagne typique grecque.

 

 

 

 

 

Ou loger au village corinthien de Trikala ? Je viens d’arriver de Trikala ou j’étais avec mon mari. J’avais reservé au Pera Alonia Guest House à l’entrée au nord de Kato Trikala. Un superbe complexe de style traditionnel en bois et en pierre avec une superbe vue sur le Mont Zirias. L' »auberge » avait des chambres spacieuses comprenant mini-cuisines avec petit dej tout pret et des salles de bains avec jacuzzi ! Un atmosphère reposant dont j’avais besoin… Super rapport qualité-prix, à mon avis.

Les trois villages Kato Trikala, Mesaia Trikala et Ano Trikala. Ce dernier se trouve à 1.100 m d’altitude. Ces villages ont été créés au 10e sc là ou se trouvait la cité antique de Mysaio. Ils sont le point d’attache des primates ou représentants des Chrétiens sous le joug turc-Ottoman (1453-1827) dès le 16e sc dont la famille Notaras. Aux temps de la turcocratie, on parle de quartiers aristocrates, grace à son architecture fine et imposante avec ses hautes tours, ses portes de fer loud et ses maisons-manoirs.

 

 

 

 

 

 

Αno Trikala. C’est un village assez touristique pour les sports d’hiver. C’est un beau village avec de belles auberges et de bonnes tavernes. Elle a une superbe vue en général, une riche flore avec ses platanes, ses pins, ses cèdres et ses sapins. Le village produit du raisin sec, des noix et des pommes. Il vivait autrefois de l’abbat d’arbres et du traitement du cuir. Le saint qui protège le village est St Nicolaos et son église a été inaugurée en 1805. C’est une église avec un haut dome et son intérieur a pas mal d’hagiographies et d’icones. L’architecture dans tout le village est absolument en harmonie avec le coté pittoresque de cet endroit magique. On y trouve beaucoup de maisons du 16-18e sc dont celle des Notaras (photos plus haut a gauche).

Mesaia Trikala. C’est un village ou on peut aller voir le monastère de Panayia. Il fut construit autour de 1700 par le métropolite Grégoire Notaras (photo plus bas a droite)

Kato Trikala. C’est un village vraiment sympa. On peut voir l’église de St Dimitriou de 1697 (photo plus bas a gauche). Ses peintures murales ont une expression impressioniste étonnante.

 

 

 

 

 

 

Le chemin Mysaion. Grace à l’organisation de trekking Trikala Korinthias Network, nous commencons par une rando pas difficile sur le chemin ancien Mysaion qui joignaient les trois villages. Nous avons marché dans la foret en prenant de bonnes respirations tonifiantes pendant que notre guide nous parlait du superbe climat de la région. Elle nous a dit aussi que Trikala n’était qu’une destination d’hiver, mais qu’avec la nouvelle route nationale qui se termine, plus de gens viendraient à n’importe saison de l’année.

La montagne de Ziria. La mythologie que c’est dans la montagne de Ziria que sont nées les sept filles du titan Atlas et Océanide Pléioné, les Pléiades. Elles étaient les compagnes de la déesse Artemis. Bref, notre guide nous emmène vers les pistes de ski. Il porte un T-shit « I am Zerious » (slogan du festival rock ayant lieu chaque année dans la montagne), ok. Sur notre chemin, nous voyons des chevaux immobiles sous le doux soleil automnal. Nous distinguons les pistes. On nous dit qu’elles sont adéquates pour les familles qui commencent même à faire du ski, ok. De la-haut, on peut voir un chemin qui mène au sommet de la montagne, a 1380m mais nous n’y allons pas. La ou je suis, je vois des bergeries et un paysage sauvage et sec. J’ai envie de prendre une photo.

 

 

 

 

 

 

Le lac Dasiou. Notre chemin comprend un carrefour qui, à gauche, conduit à Goura et qui, a droite, conduit au lac Dasiou entouré de sapins. Le lac apparait asseché mais notre guide nous dit qu’en hiver, il se rempli. Dommage, je ne suis pas arrivée au bon moment… On passe par le village Karya avec la plus haute altitude dans la région de Corinthe et nous arrivons dans le village me semblant desert de Kato Tarssou. Nous suivons un étroit chemin direction Eglise Panayia tou Vrachou.

 

 

 

 

 

 

Les Météores de Corinthe. Apres une marche de 2 kms, toujours avec la majestueuse vue vers Ziria, on discerne un endroit vraiment magique : les Météores de Corinthe. Il s’agit d’un ensemble de rochers abrupts avec des failles irrégulières dans la roche. Et puis, on arrive à une église nommée Panayia tou Vrachou (en francais, la Grande Sainte du Rocher). Elle se trouve carrément dans un rocher ou plutot dans une fissure de la roche. On nous dit que, pendant la 2nde guerre mondiale, les Anglais descendus en parachutes s’y réfugiaient. Ils étaient ensuite conduits aux résistants grecs de la montagne. Le chemin du retour passe par le village de Steno. On s’arrete sous le platane du village avec sa source pour se reposer un peu.

Le lac Doxa (photo tout en haut). Nous passons ensuite le village de Goura avec sa grande place et on arrive au lac de Doxa. Nous décidons ne nous y arrêter pour un petit pique-nique. Le lac a été créé dans les années 90 afin de couvrir les besoins en arrosage dans la région. L’atmosphère est d’autant plus serein qu’il n’y a personne autour de nous. On peut voir au loin des enfants qui font du cheval avec leurs parents au bord du lac. Après déjeuner, j’essaie de trouver le meilleur angle pour photographier la belle petite église de St Fanourios, laquelle se trouve dans un bras a l’intérieur du lac. Sublime paysage…

La plaine de Fénéou. Notre journée se termine en admirant plus au sud a 1 km la plaine de Fénéou. Une plaine qui ressemble a un collage composé de champs chacun d’une couleur distinte ; couleur verte, rouille et ocre. C’est la qu’on cultive les produits du maréchage et les légumineuses de la région dont pois secs blancs Vanilia et aux pois jaunes de Fénéou connu dans toute la Grèce.

 

 

 

 

 

Sur la photo a gauche, le pois sec Vanilia est plus petit et plus rond que le pois sec qu’on trouve dans le commerce.

 

Le lac Stymphale. Nous décidons d’aller voir le lac Stymphale et le Musée de l’Environnement de Stymphale. Le musée a été construit sur un versant d’une des collines qui entoure le lac. Il est ouvert depuis 2010 et il a une superbe vue sans obstacle sur le lac. Il présente la flaune et la flore du lac Stymphale et il constitue un parfait outil pour comprendre la région. Le musée comprend 2 unités : la 1ere concerne l’environnement de la région et la 2nde explique comment le lac a influencé le développement de l’activité humaine et plus particulièrement les métiers traditionnels. On apprend évidemment que c’est a cet endroit qu’Hercules chasse les Oiseaux carnassiers du lac, selon la mythologie mais on nous explique aussi comment le lac fut le résultat du phénomene karstique selon lequel l’érosion est provoquée par l’eau s’étant infiltré dans et sur les roches calcaires pendant des millions d’années. L’élément intéressant est que dans le lac ou est il est interdit de pecher, le poisson « Daska » existe encore, un poisson qu’on ne trouve nulle part ailleurs au monde. Il survit dans les périodes de sécheresse, vivant dans la boue du lac.

 

 

 

 

 

Etes-vous déja allé(e) dans la région de Trikala, près de Corinthe ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *