Mystras, une ville grecque oubliée

Mystras, une ville grecque oubliée du Péloponnèse à redécouvrir. Une cité perdue connue comme la Merveille de Morée pres de Sparte.

 

 

 

 

 

 

 

 

Son château avec ses églises et ses monastères byzantins, ses palais et ses monuments impériaux constituent quelque chose de vraiment unique mais on ne peut s’en apercevoir que si on va voir de ses propres yeux cette cité. Découvrez cette cité oubliée avec son paysage d’une beauté unique : avec son labyrinthe de ruelles qui fait revivre la cité médiéval de Morée sous les yeux du visiteur telle qu’elle était. Au milieu du 14e siècle, Mystras devient en effet la capitale du despotat de Morée et la base de défense des Byzantins du Péloponnèse. C’est un lieu qui m’a beaucoup touchée… J’ai adoré me promener dans cette cite abandonnée dans sa luxuriante végétation avec les odeurs d’orangers et de citronniers. Abandonnée je pense car les travaux de rénovation ne vont vraiment pas vite…

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou loger à Mystras ? La première que je suis allée à Mystras il y a quelques années déjà pour 3 jours en Mai, j’ai logé au Mystras Inn (photo plus haut à droite). Le complexe se trouve au centre de Mystras, donc c’est comode pour se ballader et voir des gens. On peut y voir le chateau de Mystras. On peut manger sur place puisque qu’il y a un restaurant mais il y en a d’autres aussi dans le village.

L’histoire de Mystras. Contantinople, la capitale de l’empire byzantin est prise et pillée lors de la 4e croisée en 1204 par les latins. Les Byzantins réfugiés fondent leurs propres États dont le Despotat (= principauté) de Mistra, la 2e plus grande cité après Constantinople. La cité Mystras est fondée en 1249 par le franc Guillaume II de Villehardouin alors prince de la région d’Achaϊe, vassale de l’empire latin de Constantinople. Suite à la bataille victorieuse de Pélagonia pour les Grecs, Mystras passe aux mains de l’empereur byzantin Michel VIII Paléologue. Mystras devient alors la capitale du Despotat de Morée jusqu’à la chute de l’Empire byzantin en 1453. C’est avec l’empereur byzantin Manuel Cantacuzène (despot de 1350-1380) que Mystras connait une période de prospérité économique et culturelle, notable aujourd’hui. C’est en 1460 que la cité de Mystra passe aux mains des Turcs ottomans. Jusque dans les années 50, , Mystras est encore habitée mais petit à petit sa population est absorbée par la ville de Sparte.

CE QUI EST A VOIR A MYSTRAS.

Le chateau de Mystra (photos plus bas). En 1249, le franc Guillaume II de Villehardouin construit le château de Mystra au sommet rocheux de la colline du Mt Taygete (620m de hauteur). Regardant d’en haut, du château, vous appréciez la vue unique sur la vallée du fleuve Eurote et sur les palais des despots de Mystras.

 

 

 

 

 

 

Le palais de Mystras est le seul exemple de palais byzantin ayant survécu jusqu’à aujourd’hui en Grèce. Il est construit au milieu du 13e sc et avec les annees de nouvelles batisses sont ajoutées. Il se trouve tout en haut sur le plateau de la colline de Mystras. C’était le siège de l’administration de Despotat de Morée. Il se compose d’un batiment de deux étages. Le palais comprent un ensemble d’appartements : salle de réception, salles d’administration, dortoirs, salles à manger et chambres de réserves des vivres.

 

 

LES CINQ EGLISES DE MYSTRAS.

L’église de St Dimitrios est construite à la fin du 13e sc. A plan basilical avec trois nefs, un narthex et un campanile au rez-de-chaussée, elle a au 1er étage une cruciforme au 15e sc. Elle a cinq dômes avec trois arches (à 3 cotés) du coté est. La stoa du coté ouest est ajoutée au 15e sc tandis que la stoa, la cour avec les toxostoichés ainsi que les grands bâtiments de deux étages du côté nord datent de la domination ottomane. A l’intérieur, elle comprend de belles fresques c’est-a-dire, en autres, onze scènes représentant le martyre de St Dimitrios. On peut voir un trône avec la croix byzantine au-dessus. Dans le complexe de l’église, il y a un comme un musée qui abrite des sculptures, des fresques, des icônes et des découvertes suite à des fouilles

 

 

 

 

 

L’eglise des St Théodori est la plus ancienne et la plus grande église de Mystra. L’église est contruite à la fin du 13e sc par les moines Pachomios et Daniel. Cette église est surtout connue pour son grand dome octagonal avec ses chapelles laterales. Le dome est tombé mais il a été rétabli au 20e sc. L’église conserve des fresques impressionnantes dont un portrait de l’empereur Manuel II Paléologue (1350-1425) datant de 1423. On trouve aussi ici la tombe du despote de Morée et fils d’empereur byzantin, Théodore 1er Paléologue.

 

 

 

 

 

 

L’église de Panayia i Odiyitria est aussi une église construite au début du 14e sc. C’est la première église à rythme architectural complexe : basilique à trois nefs à la facade, construction cruciforme à cinq domes et un au narthex. Dans le coin nord-ouest de l’église, a été enterré le fils d’empereur et despote de Morée Théodore II Paléologue (1407-1443).

 

 

 

 

 

Le monastère Pantanassa est aujourd’hui un couvent qui peut loger des pélerins. Elle comprend la derniere église contruite à Mystras en 1428. C’est le seulement monument vraiment très bien préservé. On retrouve l’architecture de Mystra : basilique à trois nefs au rez-de-chausée, forme cruciforme et cinq domes à l’étage. Sa façade sculptée tout en pierre est très belle. Son campanile à cinq étages a une net influence architecturale provenant de l’occident.

 

 

 

 

 

 

L’église Sainte Sophie de Mystra. C’est l’église du palais. Elle a été construite au 14e sc par le premier despote de Mystras et fils d’empereur, manuel Cantakuzène. Ses monogrammes se trouvent encore sur les marbres de l’église. L’église était initialement dédiée au Christ “donneur de vie” et s’identifiait au katholikon du monastère du même nom. L’Église de maçonnerie cloisonnée appartient au type architectural cruciforme à deux tours, avec des arches extérieures à trois faces à l’est. On a ajouté plus tard un narthex spacieux avec un dôme, des chapelles, un clocher et des portiques. A l’intérieur, il y a des fragments de peintures murales datant de la moitié du 14e sc. Pendant la domination ottomane, Ste Sophie a été convertie en mosquée.

 

 

 

 

 

 

Etes-vous pret(e) à aller découvrir la cité oubliée de Mystras ?

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *