Nevrokopi, trésor de la terre grecque du nord

Nevrokopi, trésor de la terre grecque est la Sibérie de la Grèce. Elle concerne ceux qui aiment l’histoire, la randonnée et la visite de villages non touristiques.

 

 

 

 

 

Où est Nevrokopi ? Cette région se trouve dans le nord de la Grèce à la frontière avec la Bulgarie au nord de la ville de Drama. Elle est connue pour être la plus froide en hiver (températures polaires) mais moi, j’ai choisi de visiter la région en Septembre. Elle se trouve près de deux lacs (Nestos et Despatis) et du mont Falakros. Cette région est aussi connue pour ses grandes productions de pommes de terre et ses pois et aussi pour les belles pistes de ski de Falakros.

Où loger dans la région de Nevrokopi ? Ce n’est pas une région touristique et elle a pourtant attiré mon attention. J’avais entendu parler de l’histoire de cette région lors des guerres balkaniques mais c’est tout. Voilà plus bas ce que j’ai vu lors de mon périple de cinq jours il y a 10 ans en fin d’été dans la région avec ma famille. Νous logions au superbe hôtel Monopati E6 dans le village de Volakas ou Volax (photos plus bas) à 15 kms du village de Granitis et à 24 kms  de Kato Nevrokopi. Le premier jour, nous sommes restés à Volakas à 10 kms des pistes, beau village à 800m d’altitude avec sa rivière et son bel environnement.

 

  

Le village de Granitis est un beau village à 10 kms de 50 habitants au sud de Nevrokopi à presque 800 mètres d’altitude. Nous le visitons le 2e jour. C’est un village pittoresque construit dans les oliviers, les pins et les hêtres sur un versant du Mont Falakros. Il a pris son nom des carrières de granite qu’on extrayait pour en faire des cubes pour le pavage des routes dallées. Dans ce village, en pleine nature, il y a la belle église des Taxiarchon construite en 1873 avec d’impressionnantes sculptures sur bois. C’est un village propice à la randonnée, vu sa nature subjugante !

Kato Nevrokopi est la ville principale de la région à environ 40 km de la ville de Drama et à 12 kms de la frontière greco-bulgare. C’est une belle ville avec sa jolie et grande place pavée que nous visitons dès midi (photo plus bas à gauche). C’est une ville de 2.000 habitants environ avec son église martyre Saint Dimitrios . Dès 1880, la majorité Grecque veut se défendre contre les revendications bulgares en ayant recours à la Métropole ekklésiastique orthodoxe grecque. En 1902, des insurgés comitadjis bulgares terrorisent la population grecque. Le 26 octobre 1903, le jour de la St Dimitrios, un groupe armé de 30 comitadjis bulgares attaque l’église et exécute les personnes importantes de la communauté grecque dont enseignant et hommes du clergé. Le 24 décembre 1906, un corps de 300 comitadjis encerclent le village et pendant trois heures assassinent les grecs influants du village. La longue période des guerres balkaniques (1904-1913) porte l’armée grecque victorieuse laquelle libère la ville de 4 juillet 1913.

  

Le fort Lisse de la guerre 40 est à deux kilomètres au sud de la ville de Nevrokopi et nous le visitons ce 2e jour aussi (photo plus haut à droite). C’est le seul fort de la ligne Métaxas qui n’est pas tombé au mains des Allemands en 1941. La Bataille des Forts constitue la résistance suprême de l’armée grecque contre les Allemands. Ce fort phare avec peu de victimes grecques a été rendu aux Allemands lors de l’occupation débutant le 6 avril 1941. En mémoire à la Bataille des Forts et pour honorer les morts, un petit musée a été érigé. Il a été rénové en 2002 et est ouvert au public. C’est vraiment très sympa cette visited dans tous ces tunnels sinueux bien arrangés.

Un périple intéressant dans la nature plus profonde et les églises post-byzantines sont certaines de ces choses que je vous suggère aussi dans la région de Nevrokopi.

Le village de Perithori et l’église de St Nicolas valent le coup d’être vus avec sa plaine de culture de la pomme de terre entre autres, ses monuments et ses maisons aux toits rouges. C’est un village montagneux à une altitude de 600 mètres situé vers la frontière gréco-bulgare. Il se trouve à 10 kms à l’ouest de Kato Nerokopi. Νοus décidons de visiter ce village le 3e jour. Il est construit sur les versants est du Mont Noir (en grec, Mavro Vouno) et au nord du village la rivière torrentielle de Vathitopou y passe. L’église d’Aghios Nikolaos construite en 1835 est une basilique à trois nefs avec un toit en bois. Elle est décorée de croix en briques et on est vraiment impressionnés par l’imposant campanile pourtant construit plus tard en 1911 (photo plus bas à gauche).

Le village de Kato Vrontou et l’église des Saints Théodoron (photo plus haut à droite) est encore un village qu’on a visité ce même 3e jour. C’est un petit village situé au sud-est de Perithori et donc de Kato Nevrokopi. Il est à une altitude de 650 mètres avec une dense végétation. Le village compte 500 habitants environ. L’église post-byzantine à trois nefs d’Aghion Theodoros est le monument le plus imposant dans le village. Elle est construite en 1935 et domine haut dans le village. On y découvre sa stoa arcadée et son quartier réservé aux femmes. A l’intérieur, on peut voir y admirer aussi de merveilleuses peintures murales du 19e siècle au milieu de l’iconostase toute sculptée en bois !… superbe.

Le village d’Akrino et l’église des Taxiarchon Michel et Gabriel vaut le coup d’être vue et, passant par Kato Nevrokopi et Vathytopos, nous y arrivons le 4e jour. Ce village se trouve à environ 18 kms à l’ouest de Kato Nevrokopi mais la route est assez bonne. Son église est superbe avec sa basilique à trois nefs. Elle fait partie des églises post-byzantines qui ont été construites à la moitié du 19e siècle. Son clocher a été construit en 1884. Ce qui est subjugant, c’est son intérieur rempli de fresques avec de superbes représentations de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Livadaki et l’église de Kimissi tis Théotokou. Nous nous dirigeons désormais vers le nord-ouest de Kato Nevrokopi et nous sommes au 5e et dernier jour de notre voyage. L’église donc de la Dormition de la Mère de Dieu (en français) est construite en 1870 (photo plus bas à gauche). Elle est décorée de peintures murales vraiment impressionnantes. L’iconostase est superbe et le trône despotique coloré. Sur le côté ouest s’élève le haut clocher (construit en 1890). L’église semble déserte mais elle ouvre ses portes au 15 août. Les pèlerins y viennent pour faire des offrandes pour connaître un miracle (en grec, le tama). Βοn, à part l’église, rien de vraiment spectaculaire.

Nous allons voir tout de suite le lac de Lefkoyion  (photo plus haut à droite) qui est artificiel et qui se trouve tout près, un peu plus au  nord, à proximité du village de Lefkoyia. Ce lac a été créé après la construction d’un barrage de 300 m de long environ afin de contenir les eaux. Le lac a la forme d’un oiseau qui vole et il est assez dentelé puisqu’on distingue de beaux petits fjords. Le lac est entouré aujourd’hui d’une riche végétation forestière composée principalement de pins, de peupliers, de saules et de coudriers. Si la baignade est interdite, la pêche de carpes et de carassins ainsi que de barbeaux est autorisée mais seulement au bord de la rive. Moi, j’ai préféré la marche sur ses sentiers au bord du lac (près du barrage et un peu plus au nord) et l’observation de ses oiseaux comme les cormorans, les hérons et les cigognes noires…. très beau.

La visite du département de Nevrokopi a été vraiment sympa dans la nature et les villages avec leurs belles églises. Aimeriez-vous aussi visiter cette région ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *