Découvrez les anciens phares de Grece

Découvrez les anciens phares de Grece. Voici mon top 5 des plus beaux phares de Grèce. Il y a plus de 120 phares grecs mais la plupart sont abandonnés aujourd’hui. Les phares grecs sont gérés par l’office hydrographique de la marine de guerre grecque. 

 

 

Il n’y avait pas de phares en Grèce avant la révolution de 1821 des Grecs contre le joug turc ottoman (de 400 ans, 1455-1855). Les bateaux pouvaient se repérer avec le feu des tours sur les iles et sur les contours de la Grèce continentale. Les premiers phares sont contruits à partir de 1825 sur les iles ioniennes (Paxos, Zante, Céphalonie). C’est après 1835, dès l’indépendance de la Grèce qu’apparaissent les premiers phares dans les Cyclades (Syros, Kéa, Andros).

En Grèce, les phares sont pour les Grecs comme des monuments de l’héritage culturel, témoins de la longue histoire navale du pays. Ils sont là debout avec toujours un regard sur la plus belle mer d’Europe. Ils émettent chacun d’entre eux une lumière unique. C’est le symbole d’espoir, de protection, de sécurité mais aussi de vie, pour les marins grecs qui naviguent sur la difficile mer Egéenne (est de la Grèce continentale) et sur la tranquille mer Ionienne (ouest de la Grèce).

En Grèce, c’est Saint Nicolas qui protègent les marins naviguant en Grèce entre toutes ces iles et ilos grecs (plus de 2.000 iles sont repertoriées en Grèce). Voyageant sur le lit de Poseϊdon, dieu de la mer, les marins du 19e sc étaient toujours contents la nuit d’apercevoir les phares au loin. Les phares leur souhaitaient la bienvenue mais les prévenaient aussi de l’approche de cotes rocheuses et peut-etre dangereuses.

Les phares m’ont toujours intriguée par leur coté mystérieux et quelque peu effrayant car ils se trouvent là imposant sur le cap d’une ile, car ils essaient de trouver satisfaction dans la solitude, car ils ont une grande responsabilité face à la sécurité des navigateurs de l’époque du 19e et 20e siècle. Mais dès qu’on les approche, on découvre un monde à part plein d’authenticité et de sérénité nécessaire à l’homme si il veut se retrouver. J’aime les visiter avant le coucher de la nuit. J’ai l’impression alors d’approcher des tours comme elle sont décrites dans les contes qu’on me lisait quand j’étais petite.

Voici donc, parmi tous les phares de Grèce que j’ai pu visiter, ceux qui m’ont le plus plu. Mon top 5 est évidemment subjectif.

 

 

 

 

 

 

No 1 Le phare d’Andros (photos plus haut) est un des plus beaux en Europe et parmi les cent plus beaux phares au monde. On l’appelle le phare Tourlitis et il a été contruit en 1887 pas loin du port d’Andros pour guider ses visiteurs qui voulaient entrer dans l’ile. C’est la seule tour contruite en mer en Grèce. Le phare a une hauteur de 36m et une largeur de 7m. C’est le premier phare automatique en Grèce, puisque le gardien de phare ne résidait pas réellement dans le phare mais observait sa fonction de loin. Ce phare catadioptrique qu’on pouvait distinguer à 11 miles marins a été détruit pendant la seconde guerre mondiale mais il fut reconstruit en 1994 par le “bienfaiteur” Goulandris qui voulut le dédier à sa fille Violanda. Les pierres grises utlisees pour sa reconstruction proviennent de la région d’Epire en Grèce (nord-ouest du pays). Voici un petit chef d’oeuvre à visiter si vous allez à Andros!

 

 

 

 

 

 

No 2 Le phare Aghios Nicolaos de Rhodes (photos plus haut). Ce phare a été construit en 1863 par la Compagnie Française des Phares dans la forteresse d’Aghios Nicolaos. Cette forteresse a été contruite en 1464 par Piero Raimondo Zacosta, un grand maitre des Hospitaliers de l’ordre de St Jean de Jérusalem, pour faire face aux Ottomans. Avant, il n’y avait que l’église de St Nicolaos. La forteresse protégeait les Chevaliers de l’ordre mais aussi ses habitants. La forteresse a 6m de hauteur et le phare 25m. Il se trouve à l’entrée du port de la ville de Rhodes. Depuis 20 ans, on renove le site et le phare qui fonctionne toujours.. Il peut etre visité depuis 2011. Le phare fonctionne en lancant deux clignotements en 12 secondes et il a une luminescence de 11 miles marins. C’est un des phares que j’adore.

 

 

 

 

 

Νο 3 Le phare de la Chanée (photos plus haut). L’histoire du phare est liée à l’histoire du port. Au début du 13e sc, les Vénitiens ont conquit l’ensemble de l’ile de Crète et ont décidé de construire une nouvelle ville sur l’ancienne Cydonia (Chania aujourd’hui). Le port commence à être construit au milieu du 14e sc avec le phare. Entre 1645 et 1830, les conquérants turcs en Grèce utilise cependant un autre port, celui Souda. Ce n’est qu’en 1840 que le phare est rénové par les Egyptiens sur sa base originale (de 1595). Le phare est haut de 21m. A la fin du 19e, on a contruit un abri pour le garde du phare, lequel a été détruit en 1960. Il a un escalier interne menant à un balcon avec une tourelle en verre. La vue sur la ville de Chania (ou la Chanée en francais est époustoufflante).

 

 

 

 

 

No 4 Le phare de Kefallonia (ou Céphalonie) à Argostoli (photos plus haut, 1830 & 2010). Οn l’appelle aussi le phare des Saints Théodoros, vu qu’il y avait à coté une église portant ce nom. C’est un phare que les visiteurs de l’ile aiment visiter. Il s’agit d’un bâtiment circulaire entouré de vingt colonnes d’ordre dorique. Le phare est construit sous commande anglaise en 1828 pour que les bateaux puissent entrer dans le golfe d’Argostoli. Le garde pouvait résider dans le phare. Ce phare a rejoint le réseau des phares Grecs en 1863 lorsque les îles Ioniennes redeviennent grecques (suite à la fin de la Révolution grecque). Le phare a été détruit par le séisme de 1953 et il a été reconstruit en 1964, selon les plans originaux. La tour fait 8m de haut et la hauteur focale est de 11m. J’ai visité ce phare qui se trouve au bout d’un bras de terre juste avant de prendre un petit bateau à Lixouri. J’ai aimé sa position et le voir au coucher du soleil.

 

 

 

 

 

 

 

No 5 Le phare d’Aghios Sostis à Messolonghi. Ce phare est contruit en 1859 sur l’ilot d’Aghios Sostis situé dans la partie ouest de la lagune de Messolonghi, à l’ouest de la Grèce continentale. Il doit son nom à la petite église homonyme à coté. La hauteur de la pierre cylindrique de la tour est de 12m. J’ai aimé ce phare au milieu de nulle part dans l’atmosphère mélancolique des lagunes de Messolonghi.

Avez-vous vu un phares grec ? Pensez-vous qu’il pourrait faire partie des plus beaux phares de Grèce ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *