Visitez la ville d’Arta en Grèce et sa région

La région d’Arta et la ville d’Arta en Grèce continentale de l’Ouest est magnifique avec le Mont Tzoumerka. Découvrez l’histoire du pont d’arta, Arta avec une riche histoire byzantine et sa région.

Αποτέλεσμα εικόνας για Arta greece  Αποτέλεσμα εικόνας για tzoumerka

Comment aller a Arta d’Athènes : vous pouvez prendre l’avion d’Athènes pour Aktio (aéroport près de la ville de Prèvèza) mais si vous choisissez d’être en voiture, prenez la route Athènes-Thiva-Livadia-Delphi-Itea-Nafpaktos-Messolonghi-Arta. Il y a des routes plus au nord, mais plus difficile

C’est durant l’hiver 2011 que ma famille et moi avons décidé de passer une semaine dans la région d’ Arta, dans l’ouest de la Grèce. Nous avons choisi de passer les fêtes de Noel en montagne à 700 m d’altitude, à environ 20 kms de la ville historique d’Arta. Nous avons loué une chambre dans une super petite auberge appelée Nisista (reservez ici) , à Rodavyi, un village pittoresque avec vue sur le fleuve Arahtho . C’était vraiment très sympa avec une ambiance très conviviale (avec resto et bar).

Αποτέλεσμα εικόνας για ροδαυγη  Αποτέλεσμα εικόνας για ροδαυγη

Le premier jour, Rodavyi. Nous sommes restés à l’auberge et nous avons visité le village. Nous avons fait une bonne sieste avec nos guides et cartes de voyage encore dans les mains. Le soir, c’était très joli. Tout le village était bien decoré : des guirlandes illuminées aux murs et aux balcons des maisons, la crèche aux pieds de l’église principale du village. Il faisait très froid car la neige nous suivait partout en montagne. J’ai mis mes cache-oreilles moumoutées…

Deuxième jour, visite d’Arta. Le lendemain, nous sommes partis pour Arta dans le but d’y découvrir le coté byzantin car en fait, c’est la chose la plus remarquable dans cette ville de 25.000 habitants.

Un peu d’histoire : Après la 4e croisade des Francs (Latins) qui se termina par une catastrophe c’est à dire par la prise ou plutot par la mise à sac de Constantinople en 1204, Michel 1er Doukas s’installa à Arta ou il y créa le despotat d’Epire (continuation de l’Empire Byzantin). La ville connut donc une phase de prospérité à l’époque, d’ou la multitude d’ églises byzantines. Nous sommes arrivés sur le pont (enjambant le fleuve Arahtho), symbole de la ville, existant depuis des siècles (photo plus bas). Je vous raconterai l’histoire… A suivre. Nous avons mangé dans une petite taverne et nous avons commencé notre périple.

Αποτέλεσμα εικόνας για Arta greece    Αποτέλεσμα εικόνας για Panagia Parigoritissa arta

Nous avons facilement trouvé l’église byzantine du 13e siècle « Panaghía Parigorítissa » (irigé par Nikephoros Komnenos Doukas, photo plus haut) qui est devenue au 17e siècle un couvent de nonnes et qui est devenue au 20e siècle musée d’histoire…. byzantine.

Αποτέλεσμα εικόνας για αγια θεοδωρα αρτα   Αποτέλεσμα εικόνας για Saint Theodora of Arta

Et puis, entrant au centre, nous avons vu l’église Sainte Theodora d’Arta (photo plus haut): Theodora ou princesse d’Epire et de Macédoine, la femme de l’empereur Michel II Doukas s’y est refugiée quand ce dernier la trompa en public. Les habitants de la ville l’ont consacrée Sainte car elle procédait à nombre d’oeuvres humanitaires. Elle mourut en 1270 au sein de cette église (sa tombe, photo plus haut à droite). Depuis, Arta est dite protégée par Theodora. Et enfin, nous avons admiré l’Eglise St Basile du 13e sc. avec sa construction particulière (faite de losanges en faience de l’époque). Une église vraiment admirable.  Bref, beaucoup d’églises au milieu d’une ville au rythme d’aujourd’hui.

Αποτέλεσμα εικόνας για ΑΡΤΑ ΑΡΧΑΙΟ ΘΕΑΤΡΟ   Αποτέλεσμα εικόνας για Panagia Parigoritissa arta Eglise St Basile

Nous avons aussi découvert une trace remarquable de la Grèce antique : un petit théatre remarquable presque intacte en plein Centre (le théatre Amvrakias de 7 m) ! Fatigués par la marche, nous sommes rentrés. Ma fille s’est couchée de bonne heure et nous deux sommes restés diner à la chandelle, au coin de feu de cheminée de l’auberge.

Troisième jour, visite du mont Tzoumerka. Le lendemain, veille de Noel, nous sommes décidés à affronter les versants enneigés de cette montagne qui nous met au défi, rien qu’à sa vue des fenêtres de notre chambre : le Mont Tzoumerka. Le point le plus près d’ou nous sommes (versant sud-ouest), c’est le village Kataraktès à 1400m. Kataraktès signifie « chutes d’eau ». Nous voilà donc à la recherche de cascades ! Beaucoup de neige. Nous laissons la voiture à mi-chemin et continuons à pied. Le froid saisissant, le soleil nous chauffant quand-meme, nous marchons, enfin nous essayons… beaucoup de glace et un peu de vent brisant le silence de la nature. Cette montagne nous laisse bouche bée : je pense à Zeus qui aurait pu hésiter entre Olympe et cette montagne… on ressent la puissance de la nature montagneuse. De toute beauté. Voir photo plus bas à gauche.

Αποτέλεσμα εικόνας για katarraktis arta  Αποτέλεσμα εικόνας για πλακα τζουμερκα

Quatrième jour, à Plaka. Le lendemain, nous décidons d’aller voir un autre élément de la nature : l’eau qui coulerait du fleuve Arahtho. Dans un village nommé Plaka, on y découvre le 3e plus grand pont « monotoxote » d’Europe (autrement dit un arc seulement (40m de hauteur et 18m de largeur)) Voir photo plus haut à droite. Les eaux du fleuve sont si limpides, d’un bleu-vert saisissant. On déjeune au pied du fleuve dans un resto sympa ou on commande les plats typiques du pays : soupe avec viande de chèvre, tourte salée aux herbes et comme fromage, gravière d’Arta. Ensuite, nous achetons quelques produits du coin : des Noodles aux orties, de la liqueur de menthe et des citrons verts confits.

Cinquième jour, Rodavyi. Nous restons à l’auberge : petite sieste à 16h. Visite de l’Eglise touchant l’auberge (église de Ste Paraskevi dantant de 1806, un chef d’oeuvre, photo plus bas) et nous marchons aux alentours du village à un rayon de 15 kms. Nous dinons à 21h à l’auberge : le buffet de Noel est succulant et l’ambiance très chaleureuse (les propriétaires de l’auberge s’assoient au milieu de la salle pour diner parmi les « locataires ») !

Αποτέλεσμα εικόνας για νησίστα ροδαυγη  Αποτέλεσμα εικόνας για ροδαυγη

Découvrez d’autres photos sur Google+ du site !

Sixième jour, Jour de Noel, Ma fille et mon mari Emmanuel découvrent leurs cadeaux sous une guirlande encore allumée aux pieds d’un grand miroir : ils sont tres contents. C’est aussi ma fête : Ste Christine pour les Orthodoxes, c’est le jour de la naissance du Christ….  Christina… Christine saisi ? Et puis, c’est la saint Emmanuel le 26 décembre pour les chrétiens orthodoxes. Bon, assez fêté. On prend notre petit dej, faisons nos valises pour le village de Metsovo.

Septieme jour, visite de Metsovo en Epire, sur la route Arta – Volos. Là-bas, encore plus de neige, on est à 1200m environ. Autre paysage : celle de la montagne du sud de l’Epire (région d’Epire) boisée de pins. On visite le site, on déjeune dans une taverne aux produits très « montagneux » : pates au beurre de caprins, fromage fumé fondu appelé Metsovone…. Bref, rien ne manque aux gros mangeurs.

Αποτέλεσμα εικόνας για ΜΕΤΣΟΒΟΑποτέλεσμα εικόνας για METSOVO

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *