De l’Ukraine grecque

Que savez-vous de la Grèce en Ukraine ? La présence grecque existe depuis l’antiquité. Αujourd’hui, il y a plus de 90.000 Grecs dans l’est de l’Ukraine à Marioupoli et Donetsk.

Voilà plus bas ce que je sais des Grecs d’Ukraine même si je ne suis jamais allée dans ce pays.

Les Grecs du Pont Euxin ou de la Mer Noire sont des Chrétiens Orthodoxes descendant des Ioniens (fondateurs des colonies grecques de la Mer Noire) ou issus de populations autochtones hellénisées depuis l’Antiquité ou christianisée dans les débuts de l’Empire byzantin. Ils parlent la langue grecque.

Les Grecs de Crimée ou Tauride en grec y sont présents depuis l’Antiquité (depuis le 5e sc av.J.C.) sous forme de colonies au bord de la mer (les cités de Panticapée -photo tout en haut-, Nymphée, Τhéodosie, Chersonèse). On parle alors de quelques centaines de milliers de Grecs du Pont. Le royaume grec du Bosphore. lui, est brillant jusqu’au 2e sc. Après la descente des conquérants Mongols au 13e sc, les Grecs se concentrent dans le sud de la Crimée. Ils sont appelés Roméϊ et vivent près des Tatars. Puis, ils sont protégés, dès la fin du 18e siècle par Catherine II, impératrice de Russie, en se déplaçant vers Marioupoli, puisque la Russie s’empare de la péninsule de Crimée en 1783, en continuant son conflit contre le grand Empire Ottoman.

L’ancienne cité de Chersonèse au Patrimoine mondial en Ukraine. C’était une ancienne colonie grecque à l’ouest de la péninsule de Tauride (ou Crimée) qui aurait été fondée au milieu du 5e sc avant J.C. dans un endroit où existait probablement déjà une ancienne cité grecque. C’était un centre commercial pivot dans le sud-ouest de Tauride avec des connexions maritimes provenant de loin. Jusqu’au 12e sc, c’était la cité-forteresse la plus puissante du nord de la mer Noire. La ville est réputée pour son Église orthodoxe car Vladimir 1er (Grand-prince de Kiev) y a été christianisé lors de son mariage avec Anna Porphyrogète (soeur de Basile II, grand empereur byzantin). C’est le point de départ de la christianisation des Slaves.

Les Grecs de Marioupoli près de  Donetsk. Entre 1824 et 1880, 150.000 Grecs arrivent aussi de l’Est (agriculteurs) pour s’installer autour de Marioupoli (ville au nom de la vierge Marie) avec une vingtaine de villages grecs (dont Stravobésevé, Rozdolne, Stila, Starolaspa, Novolaspa, Bougas, Sartana etc). Μarioupoli est le 2e plus grand port d’Ukraine avec une grande prospérité après la liaison ferroviaire. Une école grecque est fondée en 1824 à Marioupoli et la ville avait son journal en langue grecque démotique ou en dialecte marioupolitain. En 1928, dans la région de Marioupoli, il y avait 40 écoles grecques du primaire et 6 collèges avec en tout plus de 150 enseignants. Et avant, il y avait 100 écoles.

L’hellénisme d’Odesse. L’ouverture des steppes fertiles et des plaines de la « Nouvelle Russie », dès la fin du 18e sc, et la politique de peuplement des tsars créent un nouveau réseau de colonies en bord de mer (Odesse, Taygan, Marioupoli, Sébastopol, Mélitopol, etc.). Le blé devient la principale marchandise des navires d’Hydra en Grèce et la principale orientation commerciale des marchands des îles égéennes et ioniennes, du Péloponnèse et de l’Épire. D’où la floraison économique des Grecs d’Odesse.

Odesse est connue pour la Filiki Etairia, une association secrète qui, dès le 18e siècle, prépare la révolution grecque de 1821. On verra que beaucoup de ses membres sont des héros de cette guerre de libération contre le joug ottoman de plusieurs siècles déjà. On peut encore voir le bâtiment en bois de Ioannis Maraslis qui cachait la Filiki Etairia qui est aujourd’hui musée. Une école grecque est créée à Odesse en 1814 et la ville fleurie culturellement parlant. Les Grecs prospéraient à Odesse grâce au commerce maritime entre autres. Odesse a le plus grand port d’Ukraine.

Μusée Filiki Etairia

Le déclin des Grecs pontiques. Ils existaient au bord de bassin intérieur de la mer Noire dans le golfe d’Azov de la mer Noire mais, après la Première Guerre mondiale, les empires multinationaux sont dissolus. La révolution bolchévique de 1921 contre l'”Entente” menée en Grèce par Vénizélos et la catastrophe de l’Asie Mineure de 1922 ont détruit la mémoire collective grecque car les Grecs se sont dispersés (la population grecque de 350.000 passe à la moitié). En 1937, le féroce nationaliste russe Staline déporte 30.000 Grecs pour les emmener dans les goulags de Sibérie. L’éducation grecque a été interdite dans les écoles ; la presse grecque est détruite ; les régions grecques soviétiques autonomes sont abolies. Des centaines d’intellectuels Grecs sont mis à mort suite à de fausses accusations ainsi que des milliers d’ouvriers et de paysans d’origine grecque.

L’importance de Yalta. L’un des points caractéristiques de la Crimée était Yalta, une ville habitée en 1900 par 10 000 Grecs. Yalta du grec «yialos» signifie “rivage”. Au nord de Yalta, Lambros Katsonis a acquis par ordre tsariste une grande superficie de terres en Crimée. Le manoir qui existait dans la propriété de Katsonis a été converti en hôtel sous le nom de «Livadia» (nom de la ville grecque où il est né) et c’est là qu’a été signé en février 1945 le célèbre accord de Yalta, par lequel les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale (Russie, Αngleterre et E.U.) ont divisé irrémédiablement le monde entre eux en 2 camps en Europe (les pro-Russes et les Occidentaux).

D’autres Grecs sont arrivés dès 1946 sur sol russe et dans la zone Ukranienne en tant que réfugiés communistes de la Grèce du Nord qui ont fui le pays après la guerre civile grecque de 1946-1949 (beaucoup parmi eux étaient des Grecs pontiques ou des Grecs du Caucase qui avaient des ancêtres installés dans l’Empire russe au début du 20e siècle).

Αujourd’hui, il y a plus de 90.000 Grecs dans le sud-est de l’Ukraine à Marioupoli et à Donetsk. Les Russes ont pris la Crimée il y a 5 ans et le 25 février 2022, Poutine attaque toute l’Ukraine. Il craint que l’Ukraine adhère l’O.T.A.N et qu’il ne puisse plus rien faire pour retrouver selon lui “L’empire Russe” d’antan. Avec le soutien des russophones de l’est de l’Ukraine, l’armée russe avance en Ukraine et elle a pour objectif de prendre les ports sur la mer noire dont Marioupoli et Odesse. Plus de 100.000 Grecs de l’Ukraine sont en danger. Ils demandent le cessez-le-feu et la paix, tout simplement.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *