La meilleure liste d’auteurs grecs contemporains en français

Voici ma meilleure liste d’auteurs grecs contemporains en français. Vous verrez plus bas ma liste des écrivains grecs du 20e et 21e siècle les plus lus.

 

 

 

 

 

 

Voici de bonnes idées de lecture en attendant de venir en Grèce. Vous verrez ainsi le monde grec d’une autre manière car vous connaîtrez, à travers les livres, leur histoire et leurs ressentis. La liste que je vous propose suit un ordre alphabétique et je n’ai pas terminé…. Ce sont des livres que j’ai particulièrement aimés. Vous les trouverez, si vous voulez, en ligne sur Amazon.fr

Vassilis ALEXAKIS est un écrivain grec arrivé en France a 17 ans. Il a aujourd’hui 75 ans et vit en France. Il a quitté la Grèce définitivement un an après la dictature des colonels en 1968. C’est un superbe auteur de romans et l’écrivain a reçu pour cela le prix Médicis. De tous ces livres, j’ai aimé en grec et en français La langue maternelle, roman édité en 1995. C’est un roman qui résume ce que je ressens moi-même, étrangère, en ce qui concerne le monde grec.

 

Petros ABATZOGLOU (1931-2004) est un écrivain grec d’origine d’Asie mineure (côte ouest d’Istanbul). J’aime chez lui son ironie et sa satire spirituelle. Je vous propose de lire le livre traduit en français Les choix de Madame Freeman édité en 1991 et pour lequel l’auteur a reçu le prix littéraire national grec en 1988. Ce livre dont le narrateur est Abatzoglou raconte la vie d’un couple d’une manière si agréable et véridique. Ce livre a parlé en moi.

 

Nikos ATHANASSIADIS (1904-1990) est un écrivain grec de l’ile de Mytilène. J’aime son écriture qui se déplace dans l’espace du réalisme avec la fréquente utilisation de l’élément du rêve. Je vous suggère de lire l’oeuvre Une jeune fille nue écrite en 1964 et éditée en francais en 1990, un hymne à l’ile grecque (sûrement Mytilène) du début du 20e sc.

 

Nikos BAKOLAS (1927-1999) est un écrivain grec de Thessalonique. Je vous propose de lire son livre Mythologie écrit en 1977 et édité en francais en 1997. Cet ouvrage parle d’une victime de l’exode rural s’étant installée dans la grande ville de Thessalonique avant la seconde guerre mondiale. Pour ce livre, il a reçu le prix Plotin de la revue Tomes en Grèce.
.
Aris FAKINOS (1935-1998) est un écrivain grec d’Athènes qui est arrivé à Paris en 1967, quand la dictature des colonels s’est déclarée. Aris Fakinos a une renommée internationale. De tous ses romans, celui que j’ai préféré, c’est le Récit des temps perdus. C’est un livre bien écrit qui fait renaître la vie d’un couple des temps passés en Grèce. Une image belle et véridique des Grecs.

 

Rhéa GALANAKI est née à Héraklion, en Crète, en 1947 et vit à Patras. Elle a reçu de nombreux prix pour ses œuvres littéraires dont le Prix Nikos Kazantzakis en 1987. Son livre La Vie d’Ismaϊl Férik Pacha est le premier roman grec inscrit dans la Liste des œuvres représentatives de l’Unesco (1994). Il a été traduit en français deux ans plus tard. Dans une écriture rigoureuse mais riche, elle nous raconte l’histoire vraie d’un janissaire élevé dans le monde ottoman revenant en Grèce… livre passionnant.
.

Vanghélis Hatziyannidis est un écrivain né à Serrès en 1967. Diplômé de l’Université d’Athènes, il est allé à l’école d’art dramatique et a travaillé comme acteur avant de se tourner vers l’écriture de pièces de théâtre. Il a écrit une dizaines de pièces et quelques romans dont “Le miel des anges” édité en 2004. Je me souviens avoir aimé ce roman à suspense sur les aventures d’un apiculteur dans un monastère.

Maria Iordanidou (1897-1989) est née à Constantinople (aujourd’hui Istanbul) et c’est grâce à son roman “Loxandra” écrit en 1962 qu’elle s’est fait connaître. Loxandra décrit avec une grande vivacité et humour les coutumes et la vie des Grecs de Constantinople. En fait, Maria Iordanidou s’est basée sur ses souvenirs de famille pour écrire son livre. J’ai adoré ce livre avec toutes les couleurs et odeurs de la vie de la Ville, cette ville.

Nikos Kavvadias est un grand poète grec (1910-1975). La grande reconnaissance des oeuvres de Kavvadia est posthume. Les vers de ses poèmes sont chantés comme par exemple “La Croix du Sud”. Nikos Kavvadias a aussi été toute sa vie marin et par conséquent, il a bien su décrire dans son roman “Le quart” (1954) la vie noire et pleine de pêchers des marins naviguant sur un bateau. Un superbe ouvrage pour ceux qui veulent découvrir l’esprit grec des hommes de la mer.

Nikos Kazantzakis est un des plus grand écrivain né en Crète (1883-1957). Que dire de cet écrivain; poète et philosophe ! C’est un homme d’action qui s’est battu avec sa plume contre les injustices pendant toute sa vie. Ses romans relatent toutes les images possibles sur l’histoire, la vie et l’âme des Grecs. J’ai lu plusieurs livres de Kazantzakis dont “La liberté ou la mort” en grec (Captan Michalis, 1950) et en français pour un exposé à l’université de Montpellier III. Et puis, j’ai lu en français les formidables oeuvres “Le Christ recrucifié“(1959) et “Alexis Zorba“(édité en français en 1977, voir le film Zorba le Grec aussi). Je vous recommande ses livres sans deuxième pensée.

Nikos Kokantzis (1927-2009) est un psychiatre et écrivain grec de Thessalonique. Il a écrit le livre autobiographique “Gioconda” qui parle de la relation de deux adolescents pendant la 2e guerre mondiale à l’époque où les Juifs sont face à la déportation à Thessalonique. J’ai lu son petit livre traduit en français en 2012. Un ouvrage bien écrit et poétique qui parle d’un amour prenant fin entre un N.Kokantzis et une belle juive. Je vous le recommande.

Petros Markakis est un auteur grec né à Constantinople en 1937. Petros Markaris est écrivain, traducteur et scénariste (il a collaboré avec Théo Angélopoulos dans la plupart de ses films). C’est un écrivain indépendant et j’adore ses romans policiers. J’ai lu le justicier d’Athènes et la Liquidation à la grecque.   

Pavlos Matessis (1933-2013) est un auteur de pièces de théâtre à l’esprit grec unique. Il est connu comme détenant l’un des fondements de l’écriture grecque moderne. Il a été lui-même acteur. Toute sa vie, il a été le miroir de la conscience grecque, en tant qu’être réaliste et droit. J’ai lu le livre “L’ancien des jours“, une oeuvre historique pour les Grecs qui ont toujours recherché le miracle.

Menis Koumandaréas (1937-2014) est un écrivain grec né et ayant vécu à Athènes.  C’est un des plus grands romanciers grecs, connu du grand public par son roman “Le maillot No 9”, qui a été porté au grand écran par Pantelis Voulgaris en 1988. Il a reçu quatre fois le prix national grec de la littérature en 1967 pour “Le Saint”, en 1975 pour “La verrerie” et en 2002 pour “Le beau capitaine”. Je n’ai pas lu ces livres mais plutôt le petit livre “La femme du métro” de 2010 racontant superbement la relation d’une femme mariée avec un étudiant.

Chronis Missios (1930-2012) est un des plus grands écrivain grecs politisés de gauche. Il a été déporté et torturé lors des guerres civiles alimentées par la guerre froide. Il a été impliqué dans la littérature à un âge avancé lors de ses emprisonnements. Son premier livre en 1985 “Toi au moins, tu es mort avant“, texte autobiographique est écrit dans un langage assez synergique et très populaire. Sans regarder le côté politique, j’ai aimé ce livre pour sa foi en l’homme.

Stratis Myrivilis (1892 né à Lesbos -1969) est un des principaux écrivains représentants de la génération des années 30. C’est un patriote anti-militariste et un romancier lyrique hors-pair. C’est un “intransigeant de la littérature” à la recherche constante de la “Grècité”. Comme vous pouvez le comprendre, c’est un auteur que j’adore et ceci depuis l’université. Pourtant, je n’ai lu qu’un de ses livres “Le grand appareillage“, traduit en français en 1984 du “Livre bleu” (1939) de l’auteur. Un livre symbolique sur les Grecs.

Alexandre Papadiamantis (1851-1911) est né sur l’île de Skiathos mais à vécu une grande partie de sa vie à Athènes. C’est l’un des écrivains grecs les plus importants. Il a écrit principalement des nouvelles, qui occupent une place de choix dans la littérature grecque moderne. A travers les ouvrages de cet auteur, on a un superbe portrait de divers personnages grecs du 19e siècle. A.Papadiamantis est un de mes auteurs préférés.

Elias Petropoulos (1928-2003) est le premier écrivain folkloriste (amateur) en Grèce parler de la marginalisation des citadins et des choses méprisées par l’histoire officielle de la Grèce. Son travail enregistre les structures, les institutions, les modes d’expression de la sous-culture populaire grecque des grandes villes industrielles grecques. Il écrit sur le monde du rébetiko. Moi, j’ai lu son livre “Corps” écrit en grec en 1972.

Yannis Ritsos (1909-1990) est un des plus grands poètes contemporains. Il est né dans le sud du Péloponnèse. Après s’être remis d’une tuberculose, il entre dans le parti communiste en 1934. Il écrit une de ses plus grandes oeuvres “L’Epitaphe” (l’histoire d’une femme et la mort de son fils tué) composé ensuite par Mikis Théodorakis. Je n’ai pas lu “L’Epitaphe” mais j’ai lu le livre “Le chant de ma soeur“, poèmes sur la situation de sa soeur enfermée dans une clinique psychiatrique.

Emmanuel Roϊdis (1836-1904) est né sur l’île cycladique de Syros qui a marqué toute sa vie. Emmanuel Roidis est un des auteurs plus spirituels du siècle dernier, un précurseur de la prose et de la critique grecque. Il est partisan de la langue grec moderne démotique bien qu’il ait toujours écrit en langue pure (Katharevoussa). Je n’ai malheureusement pas encore lu son premier livre “La papesse Jeanne” mais j’ai eu l’occasion de lire ses beaux ouvrages de 1894-95 “Un mari de Syros” et “La complainte du fossoyeur“édité en français en 1993-94.

Georges Séféris (1900-1971) est un des plus grands poètes de l’Hellénisme. Il est né à Smyrne et toute sa vie, il a été influencé par ses évènements et son histoire culturelle. Georges Séféris est le premier ayant reçu le prix Nobel en 1963. Il est avocat et diplomate grec. Ce que j’aime chez Séféris. c’est qu’il transporte toute l’identité non pas grecque mais hellenique, à travers ses moindres paroles. Ceci dit, en français, je n’ai lu qu’un livre, le romqn “Six nuits sur l’Acropole” édité en grec posthumement en 1974.

Ersi Sotiropoulos est née à Patras en 1953 et elle vit à Athènes. Elle a travaillé à l’ambassade de Grèce à Rome. Il a écrit des poèmes et des romans. Elle a reçu plusieurs prix dont le Prix d’Etat 2000. Elle a reçu le Prix Méditerranée Etranger 2017 Award pour son livre “Ce qui reste de la nuit” un livre qui suit le jeune écrivain grec Constantin Cavafy à Paris en 1897. C’est une belle dédicace à notre formidable et unique grans poète grec. Ce roman essaie de reprendre la relation difficile de l’auteur entre l’art et la vie, entre ses désirs érotiques et ce qui de convenance. Voici une reconstruction mythologique audacieuse de la personnalité du grand poète. Une écrivaine grecque contemporaine à découvrir.

A suivre….
Bonne lecture.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *