Le problème grec de l’immigration

Parmi les problèmes de l’immigration clandestine en Europe, nous avons le problème grec de l’immigration. Le problème de l’immigration illégale en Grèce apparait avec la chute du mur de Berlin et semble de plus en plus aigu au fil des années.

Aujourd’hui, pour un pays de 10 millions d’habitants, il y aurait 2 millions d’étrangers en Grèce, dont la moitié des clandestins. Les personnes arretées en 2014 proviennent principalement et en majorité de Syrie et d’Albanie. S’ensuivent les immigrés du pakistan et d’Afghanistan.

La Grèce a fait appel à l’agence européenne Frontex pour entraver l’arrivée des clandestins par la Turquie car chaque jour, quelques centaines immigrés arrivent illégalement de la frontiere gréco-turque qui est en fait un fleuve, le fleuve Evros. Le centre de rétention de Filakio, un petit village de la Thrace grecque, recueille les immigrants attrapés à la frontière.

   

 

Les îles grecques (surtout du Dodécannese) recoivent aussi des clandestins, des réfugiés venus notamment de zones en guerre (de Somalie, d’Érythrée et d’Afghanistan mais surtout de Syrie) dont le nombre a fortement augmenté en  2014 en Grèce. Une centaine de personnes (des femmes et enfants aussi) meurent en mer chaque année, entassées dans des bateaux de fortune. Quand il s’en sorte,les autorités grecques ont du mal a répondre à leurs besoins sanitaires ou de logement.

 

   

 
Histoire de l’immigration :  la Grèce est devenue  pays d’immigration depuis 20 ans. En 1991, on compte 200 000 étrangers. Ils venaient à 80% d’ Albanie, de Bulgarie et de Roumanie et de l’ex-URSS. Les lois de 1998 et 2001 leur ont permis d’accéder à la légalité et, depuis 2009, les enfants d’immigrés nés en Grèce ou y ayant été scolarisés pendant 6 ans peuvent obtenir la nationalité grecque.

A suivre…

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *