Sapientza, un oasis grec au Péloponnèse

Sapientza, un oasis grec calme  au sud du Péloponnèse. Ile grecque sublime avec ses versants verdoyants et ses eaux cristallines aux couleurs exotiques uniques.

 

 

 

Pourquoi aller à Sapienza ? Aller sur cette ile, c’est faire un tour au paradis terrestre. La mer est si claire qu’on a qu’une envie ; faire de la plongée. Si vous voulez, vous pouvez marcher sur l’ile mais il faut de bonnes chaussures fermées. L’ile est idéale aussi pour les amoureux de la nature et les randonneurs.

Comment aller sur l’ile de Sapientza ? Il est interdit de rester sur l’ile, d’après ce que l’on me dit. Pour aller sur l’ile, il y a le ferry de Methoni qui met seulement 15 minutes pour arriver sur l’ile. Le billet coute entre 15 et 20 Euros et vous pouvez voir l’ile en 3 heures environ. C’est ce que j’ai fait avec mon mari lors de nos vacances en Messenie. Nous sommes restés sur l’ile une journée toute entière et nous avons marché sur l’ile parmi la luxurieuse végétation.

Arrivée en bateau à Sapientza. C’est une petite ile de 9 kms au sud-ouest du Péloponnèse à deux kms de Méthoni dans le Péloponnèse. Sapientza fait partie du complexe des iles d’Inoussès messeniennes. Les autres iles sont  Schiza et Aghia Marina. Entre parenthèses, au sud-ouest de Sapienza, nous avons la plus grande profondeur (de 5kms) en mediterranée. Sur la cote est de l’île, il y a une baie rocheuse appelée Magazakia, où on accoste en bateau. De cet endroit précis, un chemin vous emmène à la découverte de Sapientza, un miracle de la nature.

Sapientza a une riche végétation et on arrive devant une forêt de hauts arbousiers (protégée depuis 1986). L’ile est en fait couverte d’olives sauvages, d’épais chênes sauvages, d’arbustes Phillyrea, de chenes faux houx, de cytises épineux et autres plantes méditerranéennes à protéger. C’est pour cette raison que Sapientza et les deux autres iles sont incluses au Réseau Natura 2000. L’ile préserve la flore mais accueille aussi beaucoup d’oiseaux (perdrix, faisans, cailles, pigeons sauvages, bécasses, grives, etc) et des centaines de chèvres sauvages. Après, la forêt d’arbousiers, on arrive au milieu de l’ile ou il y a un plateau inhabituel … bizarre car rien n’y pousse. On appelle ce petit plateau Spartolakka ou la vallée rouge. Sa couleur rougeatre est du au pollen pétrifié des plantes au cours du temps.

La baie de Porto longos. Plus au sud et après le point le plus étroit de l’île, on trouve à notre gauche une grande baie fermée qui était un mouillage sûr pour les marins. En entrant dans la crique, on passe à côté de l’îlot rocheux de Bomba. À cet endroit précis, un chemin vous conduit dans la partie sud de l’île.

Le phare de Sapientza se trouve au cap sud de l’île si vous continuez à marcher. Le phare a été construit en 1885 sous l’ordre de la reine Victoria d’Angleterre. Il est haut de 18m et il a une  hauteur focale de 110 mètres. Aujourd’hui, le phare est électrifié avec des systèmes photovoltaïques. Vous pouvez aller le visiter mais vous aurez autour de 70 marches à monter. De là-haut, vous verrez un îlot en forme de cœur !

L’ile de Cardia qui veut dire “coeur”. On ne peut voir la forme distinctive de l’île. Seules les photos  aériennes révèlent la beauté de cet ilot qu’on trouve dans les sites les plus célèbres des albums photos du monde. Son vrai nom est “deux frères”.

 

 

 

 

 

 

 

Ammos, la seule plage de Sapientza (photo tout en bas). Cette plage se trouve par contre tout au nord de l’ile. La plage est vraiment onirique avec son eau incroyable limpide et turquoise. On peut voir assez de végétation aux alentours. On peut trouver de l’ombre allongé(e) sous un arbre, au fond de la plage. Il vaut mieux quand même avoir un parasol.

Un peu d’histoire. Dans l’antiquité, Sapientza se trouvait sur une importante route maritime qui reliait l’Italie à l’Asie mineure. Etant tout au bout, il y a eu plusieurs naufrages près de Sapientza. Certains navires transportaient des marchandises de grandes valeurs aujourd’hui pour l’archéologie. Un des bateaux avait des colonnes en granite d’un péristyle de temple qu’Hérode avait construit à Césarée en Palestine au debut du 1er sc ap. J.C. Ces colonnes ont été chargées sur des navires destination l’Europe après la destruction de la ville. Finalement, ils n’ont pas jamais atteint leur destination puisqu’ils ont coulé dans les eaux de Sapientza. Un autre navire contenait d’importants sarcophages romains sculptés dans l’andradite. Ils se trouvent un peu plus loin à une profondeur de 15 mètres. Sur le parcours en bateau que vous ferez, le capitaine s’arrête pour vous montrer le bateau romain coulé au fond de la mer. Vous pouvez faire de la plongée à ce point précis… moi j’avoue n’avoir rien vu… seulement une ombre incertaine au fond. Des découvertes des épaves se trouvent aujourd’hui au Musée des Antiquités sous-marines à Niokastro à Pylos.

Sapientza a un nom d’origine vénitienne signifiant “sagesse”. Sapientza est connu pour le traité de Sapienza en 1209 (signe dans le monastère bénédictin près d’Ammos) entre la République de Venise et la Principauté d’Achaϊe. Sous ce traité, Methoni demeura sous domination vénitienne et le reste du Péloponnèse fut cédé au chevalier francais Geoffroi 1er de Villehardouin. En 1354, les flottes vénitienne et génoise s’attaquent entre elles à Sapienza. Tout cela, très intéressant….

 

 

 

 

 

 

 

Aimeriez-vous visiter la petite ile de Sapientza ?

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *