Tout sur les funérailles en Grèce

Je vais vous dire tout sur les funérailles en Grèce. Quels sont en effet les rites funéraires en Grèce aujourd’hui. C’est une tradition grecque suivie à la lettre en Grèce. 

Malheureusement, lors de mes 30 ans de vie en Grèce, je suis allée à pas mal d’enterrements. Il est clair que les coutumes de l’adieu d’un être cher décédé fait partie de la vie du Grec et il estime que c’est son devoir de bien les respecter en hommage à la tradition que lui ont laissée ses ancêtres. Disons tout de suite que les funérailles grecques ont généralement lieu le jour suivant le décès. Soulignons que l’Église chrétienne orthodoxe grecque interdit la crémation car elle croit dans la poursuite de la vie après la mort.

 

 

 

 

 

La veille funèbre. Le corps est habillé de son plus beau costume et il est placé dans un cercueil ouvert. Ce sont en général les entrepreneurs des pompes funèbres qui font tout. Il est ramené ensuite à la maison une nuit avant les funérailles (si la famille ne le désire pas, le défunt reste au pompes funèbres). Un Trisagion est prononcé par un pope au domicile du défunt. L’une des lignes récitées est « Dieu saint et puissant, saint immortel, aie pitié de nous.» Le Trisaghion est une demande de miséricorde pour le défunt et pour tous ceux qui vivent encore. Dans certains villages encore, surtout en Crète, les femmes du défunt se lamentent en chantant des lithanies en larmes autour du défunt. Les Grecs ont l’habitude de poser ou de mettre des fleurs tout autour du défunt dans son cercueil. Et puis, les amis vont et viennent pendant que la famille reste toute la nuit près du cercueil du défunt.

L’enterrement est annoncé. Des membres proches de la famille et les amis proches ont rendu visite au défunt chez lui afin de lui rendre hommage, la dernière nuit avant l’enterrement. Le couvercle du cercueil est placé devant la porte d’entrée de la maison. Les couronnes funéraires de fleurs blanches (représentant le deuil) sont aussi remises par les proches à l’extérieur de la maison. Les pompes funèbres accrochent, sur les poteaux éléctriques de chaque bout de rue, une affiche blanche pour informer le quartier du jour de la messe funéraire.

 

 

 

 

 

 

La messe funèbre. Le cercueil est apporté par les pompes funèbres au milieu de l’église sur un stand devant l’autel et la messe commence pour une heure environ. Le pope est le seul autorisé à réciter les prières et à prononcer l’éloge funèbre. Après la messe, ceux qui étaient présents embrassent le défunt sur le front ou embrassent une icône près du défunt. Avant de sortir de l’église, les amis de la famille proche offrent leurs condoléances en disant ” Zoϊ se sass” (vie à vous) ou “ta silipitiria mou ” (mes condoléances) ou tout simplement ” silipitiria ” (condoléances).

A la sortie de l’église, on sert la koliva aux amis et proches du défunt. C’est une préparation typique en Grèce depuis l’antiquité. C’est une confection qui concerne uniquement les funérailles de l’église chrétienne orthodoxe. La koliva est faite de blé bouilli, de fruits secs (noix etc) et de miel. Au début, on voit un grand gâteau blanc et carré très appétissant mais à la fin de la messe, on met un peu de son contenu littéralement en miettes dans des petits bols. La distribution de la koliva a lieu en l’honneur du défunt, au cours des funérailles, puisqu’elle a été bénie par le pope de l’église avant.

 

 

 

 

 

L’enterrement au cimetière. Le cercueil est ensuite transporté en voiture par les pompes funèbres jusqu’au cimetière et l’enterrement a lieu. Le pope est présent avec la famille et amis. Les derniers mots du pope sont prononcés et tout le monde jette une poignée de terre en guise de dernier adieu au défunt. Le cercueil est recouvert de terre avec sa plaque de marbre (avec la croix gravée dessus). Les membres de la famille mettent un peu plus tard des plantes, des fleurs et une photo à la mémoire du défunt sur la tombe en marbre clair.

Le café de l’adieu. Après l’enterrement, les amis sont invités à un café dans un café près de l’église ou du cimetière. La famille du défunt offre non seulement le café mais aussi des biscuits, des olives au chocolat et du brandy. Le meilleur moment pour soutenir la famille est après le service d’inhumation ou lors du déjeuner après le café (si vous êtes invité) qui suit l’enterrement. Ce déjeuner s’appelle “Makaria” et le poisson y est habituellement servi.

La messe de quarantaine appelée “Mnimossino”. D’autres cérémonies ont lieu quelques jours après l’enterrement. Les services commémoratifs sont également organisés après 3, 9, 40 jours et 6, 9 et 12 mois. Lors de ce service commémoratif, la famille met une photo du défunt haut devant l’autel de l’église et allume une bougie. Après le service, la famille fait la queue devant la sortie de l’église et les gens passent devant elle pour présenter leurs condoléances.

Le café est encore une fois offert avec au moins du brandy. Le service de 40 jours est généralement bien assisté, souvent plus que les funérailles car beaucoup d’amis n’ont pas pu assister aux funérailles en raison du court préavis. Ils seront présents au Mnimossino pour payer leur respect.

La durée du deuil varie et appartient à la famille. La famille proche du défunt ne consomme pas de viande pendant au moins quarante jours. Les femmes sont en vêtements de deuil, en noir de la tête aux pieds normalement pendant au moins 40 jours (“Ta saranta” ou le moment où Jésus est ressuscité d’entre les morts), tandis que de nombreuses veuves et mères qui perdent un enfant continueront à pleurer et à ne porter que du noir pour le reste de leur vie. Les proches de sexe masculin ne se rasent pas pendant au moins 40 jours et peuvent porter un brassard noir. Même si la religion chrétienne orthodoxe croit en la vie après la mort, elle reconnait le chagrin comme nécessité. Il ne disparaît qu’après le 40ème jour et apparaît alors le sentiment de paix car on garde les souvenirs et les histoires vivantes dans notre mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

Le défunt n’est pas enterré pour toujours. Dans les grandes villes, il y a une pénurie de places dans les cimetières et il ne peuvent pas garder le corps du défunt dans le cimetière plus de trois ans. Si la famille peut payer 60 Euros environ par an, le défunt peut rester enterré encore 5 ou 6 ans. Après ce laps de temps, moyennant un peu d’argent, la tombe est ouverte et les os enlevés par les membres de la famille, lavés dans le vin et mis dans une petite boîte . Cette dernière est transportée dans un bâtiment du cimetière appelé Ostofylakio. Si la famille ne désire pas garder les os du défunt, les os lavés dans le vin et mis dans un petit drap de coton blanc scellé d’un ruban rouge et d’une croix rouge sont mis dans le Choneftiri (trou profond) du cimetière.

Voilà ce que j’ai vu des rites funéraires grecs. Αvez-vous eu suivi un jour le rite funéraire grec ? 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *