À Naples ville grecque d’Italie

À Naples, ville grecque d’Italie où on trouve des traces grecques dans cette contrée. Oui, Napoli ou Neapoli en grec, un point central de la Magna Grecia à découvrir.

 

 

 

 

 

En Italie, comme Syracuse, Tarante, Messine et Agrigente entre autres, Naples a aussi été fondée d’abord par les Grecs il y a presque 3.500 ans. Les colonisations grecques, ayant débuté environ en 1.500 av. J.C., se sont éparpillées dans vraiment tout le bassin méditerranéen et en mer noire. Les grands voyageurs marins Grecs déjà dotés de grandes civilisations (minoenne et mycénienne) avaient tous pour réussir leurs colonisations. Encore aujourd’hui, les Européens du sud sont fiers de parler de la plus ancienne origine de leurs villes. C’est pourquoi, je me suis penchée sur la colonisation de Naples, une ville que j’ai visitée et que j’ai adorée.

Naples ou Parthénope. Cette ville, aujourd’hui la 3e plus grande ville d’Italie, avec autour de 4 millions d’habitants est habitée depuis l’age de bronze (2.500 – 1.000 av.J.C.). Cette région de Campanie fut habitée par des colonies grecques dès le 2e millénaire av.J.C. sous le nom antique de Parthénope. Parthénope fut fondée par la cité voisine de Cumes provenant de l’ile d’Eubée ionienne (en grec Kymi) au 8e sc.av.J.C. pendant donc la période géométrique (1.000 – 700 av.J.C.). Le nom de Parthénope a été donné en l’honneur de la sirène grecque (selon la légende, Parthénope vivait dans la mer Tyrrhénienne, photo plus bas d’une statue d’elle à Naples). On parle alors de la première colonisation grecque organisée (-775 jusqu’en -675). Ces colonies proviennent des cités de Chalkida (ou Chalkis) et de Kymi avec leurs chefs ou “Ikistès” nommés Hippokles de Kymi et Menasthes de Chalkida, selon l’historien Strabon (-63 av.J.C. – 24 ap.J.C). La forteresse dell’Ovo est située sur une petite île, la Mégaride, où les colons de Cumes fondèrent le premier noyau de la ville (photo tout en haut).

De Paléopolis à Néapoli. La cité fut plus tard nommée Paléopolis. Au 5e sc.av. J.C. autour de 470, la colonie est  fondée dans une région à proximité. La cité s’appela alors Néapolis qui signifie “Nouvelle Cité”. La cité prit ensuite le dérivatif de Napoli en italien. Ville importante de la Grande Grèce, Napoli a joué un rôle clef quant à l’intégration de la culture grecque dans l’Empire romain, surtout en ce qui concerne la langue, laquelle est le grec pur ionien chalcidéen. A Napoli, on avait le privilège de parler la prestigieuse langue grecque et les Romains adoptèrent l’alphabet grec (lequel provient des Phéniciens) pour construire la langue latine.

 

 

 

 

 

 

 

Cumes est une belle cité ancienne fondée par la colonie de Pithécusses en 750 av J.C. et donc, appartenant à la Grande Grèce, elle se trouvait a une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Naples. Sur ce site découvert dans les années 30, on peut visiter l’antre de la Sibylle. Sibylle était une prêtresse de l’oracle d’Apollon à Kymi en Eubée. Entre parenthèses, Sibylle de la cité ancienne d’Érythrée était également très importante pour le monde grec. Le site archéologique de Cumes (photo plus bas à gauche) comprend l’acropole, les temples sacrés de Zeus et d’Apollon (l’un à coté de l’autre) ainsi que l’antre de la Sibylle. Cumes a été la seonde colonie ionienne sur terre étrangère italienne et elle a du faire face au danger constant des barbares Tyrrhéniens ou Etrusques, plus à l’intérieur des terres.

 

 

 

 

 

 

Pithécusses (photo plus bas à gauche) est la première colonie ionienne d’Eubée (aujourd’hui ile d’Ischia) sur sol italien. Cette ile est située à 30 km de Naples. Ce point colonial est le point de départ de la création de nouvelles colonies dans la région dans les années à venir. Quelques années plus tard, les Eubéens passent d’Ischia à la côte opposée établissant la colonie de Cumes, laquelle fonda Naples.

 

 

 

 

 

La Magna Grecia ou la Grande Grèce avec Naples et toutes les cités énoncées plus haut est en fait un ensemble de colonies grecques établies sur toutes les cotes de l’Italie du sud dont la Sicile. L’objectif est la prospérité économique de la Grèce mais aussi celle de tous les pays faisant du commerce en Méditerranée, la Phénicie comprise. Chaque pays avait quelque chose à apporter et quelque chose à prendre. La Grèce apportait des céramiques (des vases), de l’huile d’olive et du vin entre autres  et emportait des métaux, du blé (des vivres) et autres. Les émigrés choisissaient de partir de Grèce pour trouver des terres à cultiver ou pour une meilleure vie loin des problèmes politiques de la Grèce. La cohabitation avec les peuples autochtones et les Phéniciens n’était pas toujours facile mais la riche culture grecque était souvent un moteur de suprématie dans les régions acquises.

Carte des colonies d’Eubée. Les Grecs d’Eubée ne s’installent pas seulement à Naples mais aussi à Tarante. Toutes ces colonies d’Eubée sont dans le nord-est de la Sicile et au bout de la botte italienne comme il s’ensuit:

  • à Zancle fondée en -730 par les Chalcidéens, aujourd’hui Messine (Sicile)
  • à Catane, fondée par Chalcidéens en -728, ville fondee par Naxos de Sicile,
  • à Léontines, ville fondée en -728 par Naxos de Sicile en 728, aujourd’hui Simeto, près de Catane
  • à Rhégion aujourd’hui Reggio di Calabria (bout de la botte italienne), etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

À la fin du 7e sc, l’Eubée tomba en déclin avec le déclenchement de la guerre de Lélantine (entre l’Eréthrie et Chalcis) et les autres villes grecques colonisatrices prirent le dessus. D’autres cités grecques ont alors décidé de s’installer elles aussi en Italie, comme les Corintiens, les Mégarides (entre Athènes et Corinthe), les Rhodiens (de l’ile de Rhodes), les Locriens (centre de la Grèce), les Cnides (sur la cote ouest de l’Asie Mineure), les Achéens (du Péloponèse) etc.

Mais comment les cités grecques sont-elles fondées ? Fonder une cité était une affaire bien méditée à l’avance, surtout pendant la seconde période des colonisations grecques au 6e et 5e sc. D’abord, le chef de l’expedition vers la nouvelle cité doit demander à l’oracle de Delphes si c’est une bonne idée d’aller à tel ou tel endroit. On remarque que toutes les nouvelles villes se trouvaient dans une baie fertile avec une haute colline en guide de protection. Sur cette colline ou Acropole, on y trouvait une cité protégée avec un centre administratif, au moins un temple au top et des habitations en aval.

Retrouver des traces des villes grecques est un itinéraire intéressant car on peut ainsi reprendre tout le fil historique des villes italiennes du sud. C’est ce que j’ai essayé de faire…

Avez-vous déjà visité les sites archéologiques grecs des villes italiennes colonisées par les Grecs ?

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *