Théodore Kolokotronis était un héros de la révolution grecque

Théodore Kolokotronis était un héros de la révolution grecque de 1821. Il a commencé le combat grec contre les Turcs Ottomans et a connu ses moments de victoire.

Pourquoi parler de cette personne en particulier ? Parce que c’est un des premiers grands combattants qui a commencé la première insurrection réussie qu Péloponnèse en 1821. Il a donc donné cet espoir de liberté dont les Grecs avaient besoin. C’est le héros qui non seulement a participé à la libération des Grecs de l’occupation ottomane mais qui a, toute sa vie, espéré l’extinction de la discorde entre les Grecs.

La révolution grecque contre l’occupation des Turcs Ottomans en Grèce pendant 400 ans a duré 6 ans et la Grèce connaît la liberté au début du 20e siècle avec un nouvel Etat démocratique en 1828. Quel était le rôle de Théodoros Kolokotronis dans cette lutte grecque pour l’indépendance des Grecs ?

 

Quelle est l’origine de T. Kolokotronis ? On l’appelait “le vieux de Morias” parce qu’il avait déjà 50 ans quand il est entré dans la guérilla grecque. Morias, en français Morée, est aujourd’hui la péninsule du Péloponnèse. Kolokotronis est originaire de la région de Μessénie dans le sud-ouest du Péloponnèse. Il est issu d’une célèbre famille de kleptes (bandits de montagne contre le joug ottoman). Suite à la guerre russo-turque perdue, son téméraire grand-père meurt quand Théodore n’a que 4 ans et son père meurt au combat en montagne quand Théodore n’a que 15 ans. Il prend les armes de son père et devient le chef de son clan. Son seul but est de se battre contre les Turcs qui ont décimé sa famille et il rêve de liberté pour les Grecs.

Le travail du futur combattant Kolokotronis se poursuit après une période de 20 ans (âge entre 20 et 40 ans) où il fonde une famille avec une richesse en étant Armatole (milicien soi-disant contre les klephtes) et où il est ensuite poursuivi dès ses 30 ans. Dans ces dix dernières années, il apprend à être corsaire dans la flotte russe. Toujours aussi flexible et récepteur, il entre en 1810 à Zakynthos dans l’armée anglaise pour vite devenir Commandant grâce à ses grandes compétences sur le terrain.

La préparation à la révolution de 1821. Théodore Kolokotronis entre dans l’Organisation révolutionnaire secrète appelée “Filiki Etairia” et en deux ans, il se prépare aux futurs batailles. Le 25 mars 2021, tous les chefs étaient dans leurs provinces pour déclarer la Révolution.

“Comme une pluie, est tombée sur nous tous le désir de notre liberté, et nous tous ; notre clergé, les enseignants, les capitaines et les marchands , nous sommes tous arrivés à cette fin et avons fait la Révolution”. Discours de T. Kolokotronis 1838, Pnyx, Athènes

Les importantes batailles de 1821. La bataille de Valtetsi (12-13 mai 1821) est considérée comme une des batailles cruciales de la Révolution grecque de 1821 car c’était la première grande victoire au début d’un siège qui a conduit le 23 septembre 1821 à la chute de Tripolitsa ou Tripoli. La perspicacité et l’audace de l’esprit stratégique permettent à T. Kolokotronis de devenir commandant en chef du Péloponnèse.

Nous avons tellement effrayé les Turcs que quand ils écoutaient parler des Grecs, ils partaient à mille lieues de là. Cent Grecs faisaient tomber cinq mille Turcs et un navire Grec une flotte entière. Discours de T. Kolokotronis 1838, Pnyx, Athènes

La guerre civile détruit la marche victorieuse de la révolution. Entre 1822 et 1824, les Grecs multiplient les victoires mais ils commencent à se déchirer, divisés entre les «politiciens» et les «militaires». Les Turcs en profitent pour s’organiser en s’alliant à la flotte Egyptienne. De 1924 à 1927, le Péloponnèse est reconquis par les Ottomans malgré la grande résistance de Théodore Kolokotronis en montagne dans le Péloponnèse, de Georges Karaϊskakis en Grèce centrale et d’Andréas Miaoulis en mer. La révolution grecque est en perdition car les Grecs ne contrôlent plus que Nauplie et l’île d’Hydra. Fin 1824, les “politiques” tuent Panos Kolokotronis, marié à la fille de l’héroϊne Bouboulina. Le lâche meurtre de son fils Panos bouleverse tellement Théodore Kolokotronis qu’il décide de capituler pour mettre fin à la guerre civile. Il est emprisonné pendant 4 mois dans un monastère à Hydra et on le libère à la suggestion de Papaflessas au gouvernement de Kountouriotis puisqu’il est le seul à pouvoir faire face au Pacha Ibrahim d’Egypte. Kolokotronis reprend le combat en utilisant la “tactique du voleur” mais il est trop tard car les Egyptiens prennent le Péloponnèse.

A cause de la discorde, nous avons laissé la Turquie nous tomber dessus et nous avons presque tout perdu, et au cours des dernières années, nous n’avons pas réalisé de grandes choses“. Discours de T. Kolokotronis 1838, Pnyx, Athènes

La libération de la Grèce grâce aux grandes puissances européennes Russie-Angleterre-France. La victoire des Turcs Ottomans est imminente et les trois forces décident d’intervenir avant que l’Empire ottoman musulman ait solidement la main sur l’Europe du sud-est. Elles menacent alors d’intervenir militairement. La bataille de Navarin à l’ouest du Péloponnèse conduit à la destruction de la flotte turco-égyptienne le 20 octobre 1827.

Du nouvel Etat grec (1828-1832) à la monarchie (1833-1862). Kolokotronis continue à jouer un rôle actif dans les évènements militaires et politiques.  Il était pour la politique du premier nouveau gouverneur Ioannis Kapodistrias (1828-1931) ce dernier meurt assassiné. Les trois Grandes Puissances imposent une monarchie et la transformation de l’État grec en royaume début 1932. Le roi est le très jeune Othon 1er, prince de Bavière. Kolokotronis entre vite en désaccord avec le stricte et rigide Conseil de la Régence et il est conduit dans une horrible prison dans la roche (je l’ai vue de mes propres yeux) au sommet de l’Akronafplia à Nafplio, tout cela soi-disant pour avoir commis une haute trahison envers la Grèce. Après deux ans de prison (avec une condamnation à mort en 1834), il reçoit en mai 1835 la grâce d’Othon (ayant enfin atteint l’âge de gouverner), il est nommé général et il obtient le poste de « conseiller d’État ». Théodore Kolotronis vit près du palais du roi encore pendant 7 ans. Il meurt à l’âge de 73 ans en rentrant d’une fête ayant eu lieu dans les appartements du roi.

Moi, mes enfants, par malchance, à cause des circonstances, je suis resté analphabète et donc je vous demande pardon, parce que je ne parle pas comme vos professeurs. Je vous ai dit ce que j’ai moi-même vu, entendu et rencontré, afin que vous évitiez […] la discorde. […] Il ne vous reste plus qu’à égaler et décorer l’endroit que nous avons libéré et, pour ce faire, vous devez avoir comme fondements la concorde, la religion […] et la liberté.” Discours de T. Kolokotronis 1838, Pnyx, Athènes

Théodore a une gloire immortelle. C’est pour moi le seul grand héros du combat grec qui a été lésé puisque son statut n’a servi qu’aux intérêts politiques au pouvoir. T. Kolokotronis n’était pas un sain mais il était en tout cas un patriote pur qui a tout fait pour toujours continuer à servir et aider son pays. Aujourd’hui, il est honoré comme peu de héros de la révolution dans la société grecque qui se souvient (fête nationale du 25 mars 1821) tandis que son impressionnante statue orne, entre autres, les environs de l’ancien parlement grec au coeur d’Αthènes.

Voilà ce que je sais sur ce héros grec de la révolution grecque. Aimeriez-vous en savoir plus sur la tumultueuse vie de Théodore Kolokotronis ? 

 

 

.

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *