Un des meilleurs monasteres de la capitale, le monastère de Daphni

Un des meilleurs monasteres de la capitale d’Athenes, le monastère de Daphni. Voir le monastere, c’est decouvrir l’art de byzance du 11e sc. C’est un monument de l’UNESCO en Grece, un édifice à visiter pour ses mosaïques uniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou se trouve le monastère de Daphni ? Il est situe à 12 kms du centre d’Athènes, vers le nord-ouest, sur l’Avenue d’Athènes qui vous emmène au golfe d’Eleusina (2 kms de la mer). C’est un monument à absolument visiter lors de vos vacances à Athènes.

Pourquoi le monastère de Daphni est unique ? Parce que son architecture de croix sur 8 ailes de support avec son dôme est grandiose comme l’exposition de ses mosaïques réalisées il y a 1.000 ans !

L’histoire du monastère de Daphni. Elle est construite sur un sanctuaire antique d’Apollon détruit en 395. De l’ancien temple, on ne voit plus qu’une seule colonne ionique (au narthex). Les autres ont été volées avec les marbres du Parthénon de l’Acropole par Lord Elgin au 19e sc. Reconstruit au 6e sc, le monastère dédié à la Dormition de la Vierge fut petit à petit abandonné. C’est à la fin du 11e sc qu’il fut rebati par un riche donateur, probablement de Constantinople, vu l’influence de son architecture. Après la prise de la capitale byzantine (Constantinople) en 1204, Athènes passe sous la main d’ Othon de la Roche et le monastère est occupé par les moines de l‘ordre cistercien de l’Abbaye de Notre-Dame de Bellevaux. Suite à l’invasion  des Ottomans en Grèce en 1453, les Turcs repasse le monastère aux Grecs orthodoxes.  Lors de la révolution grecque contre le joug ottoman (1821), le monastère devient une garnison et puis se détruit et se vide suite a la pirateries du 17 et 18e sc et suite aux tremblements de terre de 1889, de 1897 et de 1999. Elle est tout doucement remise en état en 1889.

L’architecture du monastère de Dafni: C’est un monstère construit au 11e sc (autour de 1.080 ap. J.C). L’influence de Constantinople est claire aussi bien du coté de l’architecture que du coté de la décoration de mosaïques. Le monastère est constitué d’un narthex (ou cour du 11e sc) et d’un exonarthex (portique bati au 12e sc). Le porche avec ses 3 arcs en ogive sur la face ouest du narthex a été monté au 13e sc par les moines francs sur lequel ils ont aussi construit un 2e étage avec une tour carrée (nord) accessible par un escalier en colimaçon (lieu de résidence ?). Les murs de l’église sont construits d’une maçonnerie cloisonnée. La partie basse des murs était couverte de belles plaques de marbre mais elles furent remplacées par des peintures murales (vers 1600). Au nord de l’église se trouve le réfectoire et une petite salle ovale avec une abside toute couverte de belles peintures murales. À 100 m du monastère, on peut voir la chapelle de St Nicolas construit dans le 9e sc.

Les mosaïques du monastère de Daphni. De superbes mosaïques décorent le katholikon (coeur de l’église). Elles constituent un exemple unique de l’art byzantin du 11e sc. Les scènes révèlent les scènes de la vie du Christ et la Vierge-Marie. Les portraits montrent les archanges, les saints, les martyrs du christianisme. L’ agencement des mosaïques à l’intérieur du dôme, sur les traverses, à l’autel fait en sorte que la nef représente l’univers chrétien et que le dôme symbolise la divinite céleste avec le Christ Pandocrator. Le katholikon est bien éclairé par les 16 fenetres du dome.

Le dome avec le Christ Pandokrator (ou le Christ qui « domine tout ») est entouré des anges et des prophètes entre les fenêtres. Plus bas, dans les triangles sphériques, on peut voir les 4 évangélistes qui décrivent l’incarnation divine et qui agissent en tant que  liens entre la terre (le sol) et le ciel (dome). Les événements de la vie du Christ sur terre se trouvent dans la zone inférieure de l’église, c’est-a-dire sur les arches et au dessus des murs inférieurs des murs. Et puis, dans la partie en face de nos yeux, on peut voir les saints vénérés par les visiteurs.

J’ai découvert un rythme artistique byzantin de la fin du 11e rempli de classicisme. L’expression du christ est grave, mure et sévère avec un regard craquant. Le Christ, le juge suprême mais le « juste juge » comme disent les Orthodoxes.

 

 

 

La Vierge Platytera. Dans l’abside nord-ouest de l’eglise (photo plus haut) representant l’évangélisme, on peut voir la Vierge, porteuse de l’incarnation divine, le lien entre dieu et les humains pour le salut des hommes. Le monastère de Daphni dédié à la Dormition de la Vierge Marie est enrichi des scènes de sa vie. Les repré-sentations de la vierge sont élégantes et posées. Dans la scene de la Cruxifiction, elle a une expression fort mélancolique qui m’a émue.

 

Le monastère de Daphni. Une riche exposition de mosaiques unique en Grece. Des « images » vivantes de l’art byzantin de l’époque de la dynastie des Comnènes : Une reprise des classicistes dont le style très caractéristiques est de montrer une harmonie des compositions, un équilibre de couleurs (le bleu, le blanc, le noir, l’or) et des formes bien agencées. Des expressions humaines fortes et dynamiques

La mosaïque du monastère de Daphni. Les fragments de pierres et de marbre proviennent de matières rares et précieuses. Beaucoup de morceaux étaient de verre couverts d’une très fine feuille d’argent ou d’or. À la différence des mosaïques romaines et plus anciennes, les surfaces de mosaïques ne sont pas poncées à la fin mais laissées à l’état brut. Les reflets suivant l’heure du jour sont encore plus brillants en donnant ainsi plus de clarté dans l’espace fermé.

Le monastère forteresse. Il était en effet cloitré de murs qu’on voit bien aujourd’hui sur le coté nord. Ils avait 8 mètres de hauteur et avait de petites tours. Il n’en reste que 3 aujourd’hui. Le monastère voulait se protéger des hordes de bandits de l’époque. La porte principale d’entrée se trouvait devant l’entrée du Katholikon à l’ouest et elle était protégée d’une petite forteresse qui se dressait au dessus d’elle. Une plus petite Porte d’entrée était du coté est et c’est là qu’on entre aujourd’hui dans le monastère.

 

 

 

 

 

Les cellules des moines du monastère. A ras du mur nord du monastère de Daphi, des traces de cellules ont été trouvées. Sur la côté ouest de la cour, les cellules ne sont pas a l’intérieur du patio mais assez éloignées de celui-ci, formant ainsi un étroit couloir. Du coté sud, il y a une série de cellules construites autour de la cour. Ces dernières ont été construites par les moines francs et elles ont été rénovées par les Orthodoxes au 16e sc.

Pour en savoir plus avant ma visite l’annee derniere, je me suis procuree le bon livre suivant sur Amazon.fr

 

Un très beau monastère qui vaut vraiment la peine d’etre vu. Lors de votre prochaine visite a Athènes, etes-vous diposé(e) à aller le voir ?

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *