Le passé grec d’Alexandrie en Egypte

La gloire passée d’Alexandrie en Egypte est à redécouvrir. Quels sont les miracles architecturaux grecs de cette cité antique ?

La cité d’Αlexandrie en Egypte est fondée par le grand général et roi de Macédoine, Alexandre le Grand en 331 avant J.C. Alexandrie est le plus grand port d’Egypte depuis l’antiquité à l’époque avec son phare, une des sept merveilles du monde et aujourd’hui avec la plupart des imports/exports. Alexandrie devient la capitale d’Egypte et le plus grand centre commercial d’Afrique du Nord. Alexandrie était aussi le centre culturel le plus éminent au monde qui est devenu célèbre pour son mouseion ou bibliothèque. Aujourd’hui, il s’agit d’une ville de 5 millions d’habitants.

La cité d’Αlexandrie se développe et devient célèbre après la mort subite d’Alexandre le Grand (en 323 av.J.C.) sous le royaume de Ptolémée 1er, un des grands généraux d’Alexandre. Sous la dynastie des Ptolémées, la cité arrive à son apogée. Les échanges commerciaux entre les pays du bassin méditerranéen augmentent et la cité devient vite le plus grand centre des sciences et des lettres. Les Méditerranéens assoiffés de connaissances et de nouvelles découvertes ainsi que les intellectuels profitent bien de cette cité jusqu’en 80 av.J.C. où la cité passe sous la tutelle romaine. Ce n’est qu’en 30 av.J.C. que la cité devient totalement romaine avec un nombre important d’esclaves.

 

 

 

 

 

 

La bibliothèque d’Alexandrie est contruite au 3e siècle sous le règne du grec et helléniste Ptolémée II. Malheureusement, la plus bibliothèque de l’époque est brûlée en 48 av.J.C. au moment où Jules César occupe la ville. Les conflits à l’intérieur de la cité ont créé des boulversements au coeur de l’agglomération et malheureusement la tragédie destructive touche la célèbre bibliothèque avec la disparition de 40.000 papyrus (sur les 400.000 exemplaires abrités dans le mouseion). Sous le règne suivant de Ptolémée III, une nouvelle bibliothèque est construite au Serapeum près du temple gréco-égyptien Sérapis. Lors de la reprise d’Alexandrie par l’empereur romain Aurélien en 297 ap.J.C, le quartier de Vroucheio et la bibliothèque sont rasés. En 391 après J.C. , l’empereur byzantin Théodose 1er interdit le culte public dans les temples, ce qui mène à la destruction de l’Acropole du Serapéum. Sur la photo plus haut, on voit les ruines du Mouseio et de la bibliothèque de prêt près du Temple de Sérapis.

La bibliothèque voit beaucoup de scientifiques grecs comme Zénodote (1er directeur de lq bibliiothèque autour de 300 av.J.C.), le mathématicien Eratosthène, les expert sur les Epopées d’Homère Aristophane le Byzantin et Aristarque de Samothrace…etc.

Le phare d’Alexandrie est une construction extraordinaire sur un îlot à l’entrée du port de la cité. Il a été construit en 270 av.J.C. par le grand et original architecte et ingénieur grec Sostrate de Cnide. Sur plusieurs étages de volume décroissant, sa construction s’achève 12 ans après sous Ptolémée II. Le phare pouvait avertir les navires de très loin, vu sa hauteur de presque 150m de haut. Cette merveille du monde antique tiendra debout mille ans malgré 3 grands tremblements de terre (en 365 avec 8,7 à l’échelle de Richter et tsunami catastrophique, en 796 avec 7,5 à l’échelle de Richter et en 1303 avec 8 à l’échelle de Richter et un énorme raz de marée). Le phare ne sera jamais reconstruit après le ravage de 1303. Les Turcs Ottomans font construire un modeste château par dessus. Ce dernier est détruit par les Anglais au 19e sc.

 

 

 

 

 

Représentation possible.

 

Le déclin d”Alexandrie sous l’occupation arabe. La cité perd tout son prestique car la plus grande ville devient Le Caire dès le 1er millénaire et aussi parce qu’elle n’est plus reliée au canal du Nil. L’Empire turc Ottoman occupe la ville au tout début du 15e sc et des milliers de livres sont brûlés. Ce n’est qu’en 1819 que l’Egypte dont Alexandrie renaît avec l’officier Ottoman Méhémet Ali. La ville reprend des forces avec un nouveau canal (connu sous le nom de « Mahmoudia Canal ») qui la relie au Nil. Ce fondateur de l’Egypte moderne encourage l’installation des étrangers et en particulier des Grecs puisque ce sont de très bons commerciaux. En 1872, on compte autour de 25 000 habitants dans la ville prospérant économiquement parlant.

Alexandrie et la présence des Grecs. La Communauté Grecque d’Alexandrie est fondée en 1843. Au tout début du 20e sc, l’Egypte comprend un quart d’étrangers dont 63.000 Grecs environs. Les Anglais surtout et les Turcs Ottomans contrôlent la ville jusqu’en 1922 avec la force. L’armée égyptienne ne réussit pas à gouverner son propre pays. Les villes ont une apparence européenne avec de beaux bâtiments en leurs coeurs. La crise de Suez en 1956 provoque une telle nationalisation par Nasser que des milliers de Grecs ont dû revenir en Grèce. De nombreuses écoles, institutions et églises grecques ont fermé dès 1958. Le canal de Suez fer,e 10 ans plus tard et il n’y a plus de place pour les étrangers. Ceci dit, le patriarcat Orthodoxe d’Alexandrie et l’Ecole de théologie patriarcale siègent encore dans la ville. Sous la triple influence de la langue grecque, de la culture égyptienne et de l’Empire britannique, une identité gréco-égyptienne en première place influence les écrivains égyptiens.

Qu’auriez-vous à dire de la ville d’Alexandrie sous l’influence des Grecs et autres résidents ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *