Sur les cotes découpées de l’île d’Anticythère

Sur les cotes découpées de l’île d’Anticythère pour les amoureux de la nature maritime de la zone côtière, du calme et de l’histoire de l’ile.

 


Antikythira est l’ile idéale pour ceux qui souhaitent passer leurs vacances dans le calme, loin de la trépitante animation des iles touristiques. Pour ceux qui veulent s’isoler un peu suivant un mode de vie différent sans le confort de la vie moderne. Antikythira, c’est aussi pour ceux qui aiment faire de la randonnée et pour ceux qui aiment la mer avec toutes les activités inhérentes : baignades, pêche et plongée.

Ou est l’île de Antikythira ? Antikythira est située au sud de l’ile de Cythère à l’est de la Crète dans le sud de la Grèce. L’île ne compte pas plus de 40 résidents permanents (donc seulement plusieurs familles), mais en été, l’ile se remplit pour contenir presque 500 personnes. Antikythira est une toute petite ile de 22 km carrés. Il existe plusieurs tout petits villages sur l’île mais la plupart des habitants se trouvent dans le village de Potamos, également port de l’île. L’île portait l’ancienne dénomination grecque d’Aigila. Antikythira était également connue sous le nom de Cerigotto sous la tutelle Vénitienne du 13e sc. C’était une ile avait une position stratégique importante pour les navigateurs meme si c’était une toute petite île.

Comment aller à Antikythira ? L’Île est reliée tous les jours en ferry avec Gythio dans le Péloponnèse, avec son ile mere Cythère et avec Kastelli à Kissamou en Crète. Il n’y a pas beaucoup de voitures sur l’île. Prenez votre voiture sur le ferry pour aller à Antikythira ou tout simplement louez un vélo. L’ile est vite parcourue ! :)

Ou loger à Anticythère ? Vous pouvez trouver des chambres ou des appartements à louer mais il faudra s’y prendre de bonne heure (en début de saison). Je suis allée sur l’ile il y a deux ans après mes vacances sur l’ile de Cythère.

QUE FAIRE A ANTICYTHERE ?

Le château d’Antikithira et la ville ancienne d’Aigila. La ville ancienne avec son Acropole dans la partie nord de l’île existait depuis les années hellénistiques et elle est assez bien conservée. Le château est situé dans la baie de Xiropotamos, où se trouvait le port ancien. La ville antique s’étend sur une assez grande superficie et elle était habitée par presque 1.000 personnes. Tous les ans, de nombreuses fouilles prennent place par les archéologues et on y a découvert beaucoup d’infrastructures intéressantes comme les temples d’Artemis et d’Apollon. Des murs d’une hauteur de 6 à 9m sont maintenus par la roche, c’est etonnant ! D’après les fouilles menées jusqu’à présent, il semblerait que la fortification ait été construite vers au début du 3e sc av.J.C. pour durer 400 ans. L’île aurait ensuite été placée sous le commandemant de Falasarna, la célèbre ville des pirates de la Crète occidentale. Toute la ville d’Aigila avec ses ports d’embarcations/débarcations fut détruite en 69 par les Romains qui avaient décidé de se débarasser des pirates. Les archéologues trouvent des traces de l’histoire tumultueuse de l’île dans toute la ville. Parmi les trouvailles, il reste des signes importants des conflits (projectiles, pointes de flèches etc). Les archéologues demandent une aide financière à l’Etat et autres afin de pouvoir poursuivre la découverte du grand site d’Aigila.

 

 

 

 

 

 

Le port d’Aigila. C’est au milieu de la petite crique de Xiropotamos que l’ancien port d’Aigila était en activité. Une partie de sa liaison portuaire se voit encore. Une statue commémorative d’Apollon (aujourd’hui au musée archéologique d’Athènes) ainsi que des parties du sanctuaire d’Apollon se trouvaient dans le port. Dans la zone de l’ancien port, des parties de murailles encore préservées semblent appartenir au sanctuaire ou aux installations du port, ainsi que des marches taillées dans la roche menant au château.

 

 

 

 

 

 

Le village de Potamos avec son port (photo tout en haut) est construit en amont et c’est un village plutot sympa avec ses maisons blanches contrastant avec le sol ocre de l’ile. C’est en arrivant dans son mini-port qu’on découvre combien les eaux sont limpides et profondément turquoises. En effet, sa petite crique pittoresque vous donne une idée du paradis dans lequel vous entrez…

Les moulins de l’ile d’Antikythira. L’ile était dotée d’au moins cinq moulins a vent mais ils sont en mauvais état. Leurs toits n’existent plus et leurs murs ne servent plus qu’à faire de l’ombre aux chèvres paturant sur le sol déjà aride. C’est vraiment dommage. Quand au moulin à eau d’Andronikos du 19e sc à Potamos, on ne trouve plus que sa citerne. On l’utilisait pendant les mois d’hiver. Il était alimenté à partir de la source de Potamos. Sa tour était reliée à un dispositif d’interruption d’approvisionnement en eau de la citerne.

 

 

 

 

 

Les phares d’Antikythira. A la pointe sud d’Antikythira, on peut voir le phare Apolytara (photos plus haut), construit en 1926, un monument exceptionnel de l’architecture moderne. On y accède en bateau depuis la mer ou alors il faut emprunter un chemin qui part du village de Katsaneviana, ce qui a été une belle expérience pour moi 🙂  Le phare a été supervisé par une force de la garde jusqu’en 1987, puis en 2004, sur proposition de la communauté de l’île, la marine a décidé de préserver complètement le bâtiment et de le rénover en donnant lui donnant un nouvel élan.

 

 

 

 

 

 

Les églises d’Antikythira.  L’ile a sept églises dont celle de Saint-Nicolas (à l’entrée du port, photo plus haut à droite). Α Pateriana, on trouve l’église d’Aghios Konstantinos. A Katsaneniana, il y a l’église de Saint Georges  ; à Galaniana l’église du Prophète Elias (sur la montagne) et l’église du patron et protecteur de l’ile d’Anticythère Saint Myron (photo plus haut à gauche). Dans cette église, vous pouvez admirer l’iconostase avec ses icones d’argent pur, de véritables chefs-d’œuvre. Dans l’église, on préserve l’icône miraculeuse de Saint Myron, trouvée sur l’ile d’ Anticythère par des Crétois, quand l’île était encore déserte.

Le mécanisme d’Antikythira est connu mondialement. C’est un extraordinaire ancien ordinateur analogique du 2e sc av.J.C., utilisé pour prédire des positions astronomiques. Ce chef d’oeuvre a fait connaitre dans le monde entier la petite ile d’Anticythère. Ce trésor de la science a été découvert en 1902 sur une épave de 70 av.J.C. retrouvée au large de la côte de l’île grecque d’Antikythira. Une image détaillée du mécanisme révèle qu’il avait 37 engrenages permettant de suivre les mouvements de la lune et du soleil à travers le zodiaque, de prédire les éclipses et même de modéliser l’orbite irrégulière de la lune. L’astronome Hipparque de Rhodes étudia cette motion au IIe siècle avant notre ère. On suppose qu’il aurait pu être consulté lors de la construction de la machine. Tous les fragments connus du mécanisme d’Anticythère sont conservés au Musée Νational d’archéologie d’Athènes avec un certain nombre de reconstitutions / répliques artistiques de son apparence et de son fonctionnement.

Les fetes sur l’ile d’Anticythère. Inoubliable reste à mes yeux la célébration des fêtes de Saint Myron ayant lieu dans la cour de l’église au 15 aout. Après la messe du 16 Août, on laisse place aux danses, aux chants, au vin arrosant les plats de viande de chèvre sauvage. On sert le riz crétois traditionnel et un délicieux pain fait-maison par les femmes du village. Les plats préparés dans des installations de l’église sont offerts gratuitement à tous les pèlerins. Les festivités durent deux jours pour se terminer deux jours après.

 

 

 

 

 

 

Les plages d’Anticythère. Les hautes cotes découpées de l’ile d’Anticythère (voir photo plus haut à droite) font découvrir des gorges baignées dans l’eau. Le tour de l’ile en bateau vaut donc le coup. Une des deux belles plages de l’ile est celles de Xiropotamos et de Chalara, à Potamos (photo plus bas à gauche). La deuxième plage s’appelle Kamarela et c’est vraiment un beau tableau de la nature sauvage de l’ile sur la cote est de l’ile !! : Un complexe de roches dressées sur l’eau, que seule la nature peut synthétiser ; une petite baie qui s’est imprimée à jamais dans mon ame (photo plus bas à droite).

 

 

 

 

 

 

 

Avez-vous déjà mis les pieds sur cette ile ? Si non, aimeriez-vous y aller ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *