Mandra en Attique d’une beauté inconnue

La région Mandra en Attique de l’ouest avec ses villages est un cadeau de Cithéron (à 1400m d’altitude). Les Athéniens y passent leurs week-ends.

Je suis allée avec mon époux dans la région de Mandra en éte 2017, suite à un séjour à Athènes. Notre point d’attache était à Vilia car nous avions réservé une chambre au Xenonas Kithairon. Mandra a connu en hiver 2017 une inondation catastrophique avec 24 morts et plus de 1000 bâtiments détruits. Ceci dit, Mandra a réussi depuis à reprendre le dessus. Alors, je vous propose de visiter ce coin qui n’est pas loin d’Athènes.

D’Athènes, vous avez sûrement vu des centaines de fois les panneaux indiquant “Εxit Mandra” sur la route nationale mais vous n’avez peut-être pris cette sortie. Vous allez sûrement souvent au Péloponnèse mais cette fois-ci, engagez-vous vers le département Mandra-Idyllias et vous verrez qu’il n’y a pas que des entrepôts. En sortant du périph Attiki Odos, vous entrez dans le centre de la Logistique mais la rue Stratigou Roka vous emmène jusqu’au centre de Mandra, la mairie et l’église centrale.

L’église centrale de St Constantinos et Eleni conçue par le philhellène archéologue saxon Ernst Ziller est construite par les maîtres maçons Epirotes. Vous n’irez pas dans les cafés des locaux autour de la place de l’église mais dans les quartiers de Mandra. Vous verrez alors que vous êtes dans une “ville avec l’ambiance de village”. Les cours des maisons ont des fleurs ci et là. Les habitants sont amicaux et prêts à discuter.

Mandra est connu pour l’élevage de caprins. Les habitants soupirent en disant que les choses ont bien changé depuis des années : qu’il y avait autrefois 75.000 caprins alors qu’aujourd’hui, il n’en reste plus que 5.000. Les jeunes sont partis pour travailler dans les usines. Ses fameuses tavernes s’approvisionnent bien sûr en viande locale. Ces tavernes sont pleines d’Athéniens, les week-ends, pour de bons repas (photo plus bas de Mandra).

Vilia est un beau village à 27 kms au nord-ouest de Mandra (photo plus bas à gauche). Cette petite agglomération est toute aussi réputée pour sa viande locale et ses tavernes connues qui, chaque samedi, connaissent de grandes gloires ! Entre Mandra et Vilia, vous passerez par Inoϊ ou Œnoé, un village qui a une tradition agricole mais aussi une histoire antique. Quelques parties de la tour à l’entrée du village ont l’air assez bien préservées. Ce fort était utilisé au 4e siècle av. J.C. comme lieu de viligance et de communication (via d’immenses torches de bois allumées la nuit) avec les autres tours de la région. Un peu plus au nord, après le carrefour vers Vilia, on découvre le château antique des Eleuthères (appelé aussi “Yiftokastro”) du 4e siècle av.J.C. Bien qu’il soit bien localisé stratégiquement, dans ce passage entre Athènes et Thèbes, le château était déjà abandonné quand le périégète Pausanias en parla au 2e siècle av.J.C

 

 

 

 

 

 

La riche végétation du Cithéron et le Mont Patéras caractérisent le département Mandras-Idyllias avec bien sûr la mer. Au fond du golfe Corinthien, il y a un beau chemin à parcourir de la ville de Mandra jusqu’à la station balnéaire de Porto Yerméno (à 50 kms d’Athènes, photo plus haut à droite). C’est un village comprenant peut-être une centaine de maisons. En été, il y a beaucoup de monde… pas étonnant, vu l’immense et magnifique plage lèchée par des eaux si limpides et bordée d’une dense végétation et tout cela, pas loin de la capitale grecque. Avant d’arriver au dernier virage en aval vers l’agglomération, vous trouverez un petit parc avec une citerne d’eau pour les pompiers. C’est de ce “balcon” que j’ai eu la meilleure vue sur Porto Yerméno… une photo est prise qui promet beaucoup.

Porto Yerméno s’appelait Ægosthènes dans l’antiquité. C’était une petite cité joyau allant jusqu’au golfe Corinthien avait la forteresse d’Ægosthènes du 4e-3e siècle avant J.C. C’est une des tours antiques les mieux préservées. La position stratégique du port d’Ægosthènes a fait de cette cité objet de conflits entre les Μégarides et les Athéniens. Pendant un certain temps, elle avait été intégrée dans le Koinon des Boétiens et un peu plus tard dans la Ligue Achéenne (3e sc av.J.C). Deux routes nous emmènent au château : une qui va du littoral et une qui se prend sur une petite route départementale, un peu avant le village. Nous arrivons près de la tour mais je vois qu’elle est entourée d’échaffaudages et donc nous ne pouvons pas y entrer (photo plus bas à droite). Alors, on a marché tout autour et nous avons pu voir la grandeur de la forteresse et une basilique du 5e siècle avec ses mosaϊques sur le sol et les cellules monastiques. Ce que j’ai particulièrement adoré, c’est la vue sur le village et la mer.

 

 

 

 

 

Psatha est aussi un petit village intéressant. C’est un village au sud de Porto Yermeno. On se promène dans le Mont Patéras couvert de pins et on arrive à Psatha au bord de la mer avec une plage de plus de 2 kms. La mer bleue transparente vous attire à la baignade (photo plus haut à gauche). On peut se promener tout au long de la route sur le littoral et s’arrêter pour boire un café dans un des nombreux beach-bars. Si vous continuez votre route parallèlement à la mer, de Psatha, dirigez-vous vers Alépochori avec ses bonnes tavernes bordant une ligne de plage sublime (photo tout en haut).

La visite des monastères : celle de Panayia Gorgoepikoou (photo plus bas) et celle d’Ossiou Mélétiou. Ils ne se situent pas loin de Mandra au sud-ouest. Le monastère de Panayias est le plus près à 5 kms au sommet d’un des pics du Mt Patéras.  Il s’agit d’un couvent en amont pas comme les autres, point de vue architecture… mais il est construit dans les années 60. De là-haut, j’ai aimé la super vue vue sur le golfe d’Elevsinas et sur Salamina. Un peu plus loin, à 25 kms de Mandra, sur les versants verdoyants du Mt Cithéron, on découvre le monastère d’Ossiou Mélétiou. Il s’agit là d’un monastère construit par le moine Mélétiou lui-même, au milieu du 11e sc ap.J.C. Le catholikon est en 4 unités cruciforme avec dôme. Il y a, à l’intérieur, une toute petite chapelle et les fresques ne sont pas toujours faciles à distinguer, vu leur ancienneté. Aujourd’hui, c’est un couvent qui se trouve à 7 kms à l’est d’Inoϊ.

 

 

 

 

 

Voilà ce que j’ai vu à Mandra. Aimeriez-vous faire un tour dans ce coin ? 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *