La bibliothèque d’Hadrien à Athènes

La bibliothèque d’Hadrien à Athènes est une bibliothèque antique en Grèce à voir absolument au nord de l’agora romaine au coeur de la capitale grecque.

 

 

Ou se trouve la bibliothèque d’Hadrien ?  Elle se trouve au nord de l’Acropole, près des quartiers Monastiraki et Plaka au nord de l’Acropole. Juste à côté de la bibliothèque il y a la mosquée Tzistarakis batie au 18è sc. De l’arret du métro Monastiraki, montez vers l’Agora romaine et vous découvrirez l’imposante bibliothèque d’Hadrien. C’est un des plus beaux monuments à voir à Athènes, alors ne passez pas à coté !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’héritage de l’empereur romain Hadrien. Cette bibliothèque qui était un espace public de caractère intellectuel et culturel fût contruit en 132, dans l’objectif de devenir un endroit sûr pour la préservation des ouvrages de l’époque et de  20.000 rouleaux papyrus. Après avoir subi des catastrophes par les Hérules (peuple guerrier germanique) 135 ans plus tard, elle fût renovée sous l’ordre du préfet romain Herculius en 412. Le mur sud de la bibliothèque faisait, en plus, partie du mur périmétrique protégeant le coeur d’Athènes. Et puis, à l’arrivée des Chrétiens, une grande église pro-chrétienne fût batie au milieu de la cour à la place de la piscine. Elle avait un narthex et un large atrium péristylé du coté ouest. Cette église fut détruite par les Slaves à la fin du 6è sc ap. JC, et fut convertie dans la seconde moitié du 7e sc en basilique à trois nefs.

Au 11e sc, une basilique byzantine à trois nefs de la Grande Panayia fût érigée au dessus de l’ancienne église. Pendant le joug ottoman (1453-1880), la bibliothèque d’Hadrien fût le siège du turc Voϊvoda. Dans le coin du mur ouest, on peut voir une mosquée qui existe jusqu’à aujourd’hui encore. Jusqu’à la libération des Grecs du joug ottoman (1833),  le site de la bibliothèque était devenu centre administratif et commercial de la ville. Le marché couvert dans la partie orientale de la bibliothèque a été incendié en 1885 et une partie de l’église a été endommagée. Des fouilles ont alors été effectuées par Doerpfeld et Koumanoudis dans la partie centrale et orientale de l’église et on a trouvé des blocs, plusieurs colonnes corinthiennes de plus de huit mètres de hauteur et des vestiges de l’église du 5e siècle. Aujourd’hui, on peut voir la façade ouest avec ses colonnes d’ordre corinthienne qui fûrent restaurée à partir dès les années 50 jusqu’à aujourd’hui.

Des monuments à coté qui n’existent plus. Le siège du Conseil (le poste de commandement grec), se trouvait rue Mitropolèos aujourd’hui. En 1814, sur le versant sud de l’église Grande Panayia, on avait construit une tourelle pour mettre en place une grande Horloge, don d’Elgin aux habitants de la ville en 1811. C’était la seule horloge jamais dressée dans un lieu public sur territoire turc ottoman. Aujourd’hui, il n’y reste aucun vestige depuis sa destruction en 1884.

Notons qu’au 12e sc, collée à une partie de la façade de la bibliothèque sur la rue Arèos, a été construite par la famille athénienne Chalkokondyli une petite église de type cruciforme dédiée à l’Archange Michel. Les vestiges uniques de l’église ont été détruits en 1843. On ne peut voir aujourd’hui qu’un mur et une fresque sur la façade de la bibliothèque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site de la bibliothèque d’Hadrien : Ce bâtiment de 100 colonnes tout en marbre à trois étages est d’un style architectural romain typique avec un forum (une place), une seule entrée dont le propylône d’ordre corinthien à l’ouest (4 colonnes), un haut mur tout autour doté de niches saillantes (les exèdres sur les autres cotés), une cour intérieure entourée de quatre galeries (de 3m) de colonnes lisses de marbre verdatre de Karystos (d’Eubée) et un piscine décorative aux extrémités semi-circulaires, au Centre du patio. La bibliothèque en marbre blanc pentélique faisait 122m de long sur 82m de large.

La bibliothèque en tant que telle. Les principales zones de la bibliothèque se trouvaient sur le côté est de l’édifice. Les rouleaux de papyrus étaient conservés sur deux étages dans des niches de stockage  le long du mur est de la bibliothèque, A coté, il y avait deux salles de lecture et deux salles de conférence. Le plafond doré de la bibliothèque était fait d’albâtre. Les murs de marbre blanc étaient décorés de peintures et dans des niches murales, il y avait des sculptures.

Ce qui reste aujourd’hui à voir. Des quatre colonnes de rythme corinthiens en marbre phrygien, on ne peut voir que la colonne nord. Et puis, seul le mur de l’aile nord en marbre pentélique est sauvé de la façade. Devant ce mur blanc, sept colonnes lisses d’ordre corinthien se dressent sur un haut piédestal de marbre verdatre de Karystos. L’architecture est fantastique et m’a vraiment laissée bouche-bée …. On peut voir à l’intérieur du site les ruines de trois églises chrétiennes, c’est tout mais si on se promène dans ce complexe antique, on découvre où les ruines et on imagine la bibliothèque et les jardins comme ils se trouvaient à l’époque. C’est ce qui est intéressant…

Qui était l’empereur philhellène Hadrien ? C’était un empereur romain pacifique, protecteur de l’art et philhellène qui avait visité Athènes plusieurs fois pendant son règne de 117 à 138. Il a été influencé depuis très jeune par les enseignements des anciens philosophes. Du coup, son action humaniste apparait à travers ses différentes œuvres architecturales dans le monde romain dont en Grèce. L’empereur a fait don de plusieurs bâtiments dans la capitale grecque : entre autres, il avait prolongé l’Agora romaine, complété la construction du temple du Zeus olympique (débuté au 6è sc av. JC.), et construit la porte d’Hadrien et puis en 132 donc, la bibliothèque d’Hadrien.

Visite du site : Aujourd’huI,, les ruines de la bibliothèque constituent un musée payant (4 Euros, ouvert toute l’année et tous les jours de 8h a 15h) dont l’entrée se trouve rue Areos. Dans la bibliothèque, il y a une petite salle d’exposition qui présente les découvertes des fouilles sur le site, ainsi qu’une statue de la déesse Niki (=Victoire)

 

 

 

By night

 

 

 

Avez-vous aussi visité le site de la bibiliothèque d’Hadrien ? Quelles ont été vos impressions ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *