Pourquoi les Grecs cassent des assiettes ?

  Pourquoi les Grecs cassent ils les assiettes ? Briser des assiettes en Grèce, c’est chasser les maux intérieurs et la colère, c’est se défouler et montrer qu’on veut faire la fête. En jetant l’assiette, on dit « Opa »

Aujourd’hui, on casse les assiettes en Grèce dans les « centres de divertissement » (traduit du Grec Κέντρο διασκέδασης) ou « Bouzoukia »  ou un chanteur ou une chanteuse grecque interprète des chansons populaires. Les assiettes sont en plâtre et ne coupent pas. Dans ces centres, le fracassement sur le sol des assiettes s’effectue en signe d’admiration devant un chanteur ou une chanteuse. C’est également un moyen de se libérer des tensions quotidiennes diverses que subit le Grec (crise, stress, contraintes familiales etc.).

 

Le Grec a de plus un tempérament méditerranéen si chaud et si vif qu’on n’est pas étonné qu’il jette des objets par terre. Dans les fêtes, mais pas seulement lors des soirées de mariage, j’ai souvent vu des tables entières se faire déblayer d’un coup de bras ou d’un retrait de la nappe sur la table ! C’est un geste déraisonnée de l’homme grec certes mais généralement avec de bonnes intentions, lesquelles déclenchent souvent et tout simplement la danse.

Histoire des assiettes cassées :

En Grèce, on commence  à jeter des assiettes par terre dès 1930, dans les petits cafés marginalisés des grandes villes quand les réfugiés Grecs d’Asie Mineure arrivèrent en Grèce continentale avec une nouvelle musique, le Rebetiko. Cette musique relate la vie frauduleuse et difficile de certains nouveaux venus n’arrivant pas ou ne voulant pas s’intégrer au système existant de la vie en société . On jette tout ce qu’on trouve devant soi, verres, bouteilles, assiettes, ayant plus ou moins bu, afin d’oublier ses problèmes.

 Lefteris Papadopoulos

Puis après la guerre 40, le concassement des assiettes réapparait vraiment dans les années 60, avec Onassis et l’apparition des Bouzoukia. On casse les assiettes même dans les films pour entamer une fête insouciante. Casser les assiettes devient alors une tradition. Cette habitude était plus ou moins dangereuse et puis pendant la dictature de 1967-1974, elle est interdite.

  Onassis dans un centre de divertissement

 Film « Jamais le dimanche » (achetez ici si vous voulez) de Jules Dassin avec Melina Mercouri, 1960. Oscar de la meilleure musique de film 1961

La tradition se restreint dans les Bouzoukia de Grèce mais aussi dans les Bouzoukia ou restaurants Grecs des grandes villes du monde. A Paris, au Quartier Latin, rue de la Huchette, prenez en gout un soir.

Cependant en Grèce au lieu de jeter des piles d’assiettes, on jette maintenant plutot des pétales de roses ou des oeillets notamment sur les pistes des chanteurs. C’est en effet moins dangereux mais tout aussi impressionant…

 La chanteuse Kaity Garbi

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *