Dans l’alimentation des Grecs anciens

Que mangeaient les Grecs de l’antiquité ? C’est une question qu’on peut se poser si on considère l’âge d’or comme une période parfaite de gloire.

Les Grecs anciens appréciaient la nourriture avec l’huile et le vin mais ils savaient s’abstiner et rester disciplinés. Leur repas principal était le diner et il mangeaient des légumineuses, des légumes, des fruits et plus rarement de la viande. L’alimentation des Grecs dépendait notamment de la production agricole, de l’élevage, de la pêche et du commerce.

Le pain était fait de blé (pour les riches) οu c’était un mélange de blé et d’orge (pour les moins riches). La grande majorité du peuple consommait une sorte de galette. C’était un mélange de blé et d’eau que les Grecs aplatissaient et laissaient au soleil. Avant de le manger, ils l’imbibaient dans de l’huile ou de l’eau, y ajoutaient quelques herbes arômatiques ou du fromage ou encore du miel. La cité d’Athènes était connue pour sa boulangerie et ses pitas (ou tourtes aux herbes). Les pitas ressemblaient aux pitas grecques d’aujourd’hui. Soit elles étaient faites de fromage et des herbes, soit elles étaient faites de miel et d’arômates.

Les légumineuses. Les riches consommaient plus souvent des légumes et les pauvres des légumineuses. Les lentilles constituaient le plat des pauvres et ils en faisaient une purée appelée “Etnos”. Ιl y avait aussi des vicia faba, des pois chiches et des petits pois, lesquels étaient bouillis en soupe.

Les légumes comme les oignons, l’ail, les asperges, les carottes, les salades vertes et autres légumes étaient ramassés dans la nature. Ils pouvaient être cultivés aussi et ils étaient mangés soit crus, soit cuisinés. Les fruits qui complètent l’alimentation des Grecs anciens sont les grenades, les raisins, les pruneaux, les poires et les pommes. Les figues étaient utilisées la plupart du temps dans les recettes de desserts.

Les plats étaient relevés avec de l’huile (grandes productions depuis l’antiquité), du sel, du poivre et du vinaigre donc il s’agit des mêmes condiments qu’aujourd’hui. Le sel était trouvé en énormes quantités en Attique, aux salines de Βrauron, de Phalère des Mégaron. Le poivre est arrivé en Grèce via le commerce comme d’autres épices dont la cannelle. Le commerce fleurissait à l’époque et les Grecs étaient ouverts à de nouveaux goûts afin d’améliorer leur alimentation.

La viande ne fait pas partie de l’alimentation quotidienne des Grecs de l’antiquité. Ils ne la mangeaient que quand  il y avait des sacrifices d’animaux aux Dieux dans les temples, lors de cérémonies importantes. Lors de ces célébrations publiques, chaque personne prenait la quantité de viande permise (Peinture sur vase antique à gauche). Une place importante dans les occupations des habitants était donnée à la chasse, ainsi qu’a la pêche dans les rivières, dans les lacs et dans la mer.

 

 

Les repas sont au nombre de trois. Le petit déjeuner était pris à l’aube avant le travail et il s’appelait Akratismos puisqu’ il était composé de vin sans eau  ( = “akrato-inos) et de pain. Ce mini repas était particulièrement tonifiant. Le déjeuner s’appelait Ariston. C’était du pain d’orge plongé dans de l’huile avec quelques olives ou du raisins secs. Il s’agit encore une fois d’un repas léger mais fortifiant avant les heures de travail à effectuer jusqu’au soir. L’après-midi, les Grecs prenaient un goûter appelé Esperismos mais ce n’était pas obligatoire. Le dîner ou en grec Dipno était varié et crucial : du poisson, des légumineuses, des légumes et des desserts basés surtout sur le miel, toujours très abondant en Grèce depuis l’antiquité. Les repas étaient servis par les esclaves et les femmes mangeaient après les hommes dans un endroit à part.

 

 

 

 

 

Le lieu où les Grecs cuisinaient s’appelait Optanio. Il y avait une chambre de réserve avec une cuisine. Au centre de cette dernière, on trouvait une construction carrée en pierre, l’ “estia” ( = le foyer) οù on allumait le feu pour cuisiner. Des étagères décoraient la cuisine et on y posait les assiettes, plats et ustensiles (cuillères et petite fourches). On les utilisait aussi pour déposer les plats à cuisiner ou cuisinés. Ils utilsaient les ustensiles et plats qu’on connait déjà aujourd’hui sauf un genre de casserole ouverte sur le côté (photo plus haut à droite). Les historiens et chercheurs pensent qu’il s’agissait tout simplement d’un appareil pratique pour la fondue. On suppose que les Grecs faisaient fondre du fromage lequel était pris avec du pain pour être mangé.

(source mixanitouxronou.gr)

Je crois que la manière grecque moderne dite traditionnelle de manger préserve encore le régime alimentaire des Anciens et donc, si nous réalisons l’importance et la valeur de cette tradition et de ce patrimoine antique, nous améliorons la qualité de notre vie. Hippocrate avait l’habitude de dire : « La nourriture devrait être votre remède et votre remède votre nourriture ». De plus, les Grecs anciens voyaient la gastronomie comme un art. Ils ne mangeaient pas en solitaire et ils ont pour cela inventé le Symposium. Le Symposio en grec signifie aussi discours, discussion et divertissement (sur la photo tout en haut. Cratère attique à figures rouges, Musée archéologique national de Madrid, 420 av. J.-C.)

Αuriez-vous quelque chose à ajouter en ce qui concerne l’alimentation des Grecs anciens ? 

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *