Sur l’histoire de la ville de Constantinople

Sur l’histoire de la ville de Constantinople, parlons de la chute de Constantinople autrement dit de la fin de l’empire byzantin ou la fin du christianisme en Orient. Constantinople est devenu Istanbul en 1453.

 

 

 

 

Le danger Ottoman. Les nomades turcs islamisés ensuite appelés Ottomans apparaissent en Asie Mineure (fin Est de l’Europe) au 14e sc. Osman 1er, le fondateur de l’Etat Ottoman et puis les sultans avancent dangereusement en s’appropriant les Balkans (pays au nord de la Grèce) et les terres grecques byzantines (Asie Mineure).

Prélude à l’occupation de Constantinople, capitale de l’empire byzantin. Le danger de l’avancée des Turcs a poussé l’empereur byzantin Manuel II Paléologue à voyager en Occident afin de demander du renfort au début du 15e sc mais mais il est rentré bredouille. Le vrai danger apparait en 1421, quand le sultan Mourad II commenca à encercler Constantinople. Sans résultat vu les hauts murs entourant Constantinople, il se contenta de prendre le Péloponnèse en 1423.

Demande d’aide en Occident. Le nouveau empereur byzantin Jean VIIII Paléologue demanda à Rome de protéger la ville de Constantinople et en échange, il proposa d’assujetir l’Eglise Orthodoxe chrétienne à l’Eglise Catholique chrétienne. Le peuple de Constantinople était cependant opposée à cette idée en se rappelant de l’occupation destructrice des Latins en 1204. Ils pfèrent le turban à la croix catholique !

 

 

Mehmed II

 

 

LA CHUTE DE CONSTANTINOPLE EN 1453 (photo plus bas à gauche). Les Turcs Ottomans se sont débarassés des Balkans en occupant cette région et ils sont désormais disponibles pour bien s’occuper de la prise de Constantinople. Ce fut un des évènements les plus grands au monde car on parle de la chute d’un l’Empire grec byzantin de 1.000 ans mais aussi de la fin du christianisme en Orient. Le sultan ottoman Mehmed II fit construire en 1452 une forteresse imposante au bord du Bosphore, la Rumeli Hisari (photo plus haut à gauche) afin d’empecher Constantinople d’avoir accès à l’Euxin pour s’approvisionner en vivres et d’avoir de l’aide du reste de la Grèce. Le siège de Constantinople pris ensuite place. C’est l’empereur byzantin Constantin XI Paléologue (photo plus bas à droite) qui défenda la ville intra-muros de Constantinople jusqu’au bout. Le 29 mai 1453, les canons turcs bombardent avec succès Constantinople sous la résistance tenace de ses défenseurs (10 contre 1 !). Les Turcs montent les murs ou passent par les fissures des murs entourant la ville et les massacres et les pillages commencent. L’empire Byzantin et le dernier empereur byzantin s’éteignèrent ce jour-là.

 

 

 

 

 

 

 

Byzance après la chute de Constantinople. La tradition spirituelle de Byzance ne disparut pourtant pas avec la tombée de Constantinople et son asservissement. Son influence reste sentie dans les Etats européens et puis, elle a contribué à la conservation de l’identité spirituelle des peuples des Balkans. C’est la Russie qui devint l’héritière des traditions spitituelles et des idées politiques de Byzance après la chute de Constantinople. Moscou se dit la troisième Rome surtout quand Ivan Le Grand, le père de l’unification de l’Etat russe, épousa Sophia Paléopogue, la nièce du dernier empereur Byzantin en 1472. Il adopta l’aigle à deux tetes sur son blason et il introduit a Moscou le cérémonial byzantin.  Quand à l’Europe de l’Ouest, aux temps de l’Humanisme et de la Renaissance, elle a trouvé dans Byzance la source à partir de laquelle elle a pu bénéficier des apports de l’esprit antique grec.

Qu’avez-vous à dire de la prise de Constantinople et sa retombée en Europe aujourd’hui ?

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Et Recevoir ma Newsletter ?

Insérez votre Email ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *